Les randonnĂ©es ou sorties mensuelles ont pour but de crĂ©er, de maintenir  les contacts entre adhĂ©rents, anciens et futurs pĂšlerins. Elles permettent de belles dĂ©couvertes et sont des moments de partage et d'amitiĂ©. 

Voici dans le pdf ci-dessous le programme de 2020.

Les randonnĂ©es  ou sorties mensuelles sont ouvertes aux adhĂ©rents de
l'Association Franc-Comtoise du Chemin de Compostelle.
Chaque adhérent a la possibilité d'inviter exceptionnellement un ou deux amis marcheurs s'il le souhaite.

Calendrier des balades 2020 - au 16 janvier 2020
Vous pouvez consulter et télécharger ce document avec Acrobat Reader Cliquez ici
Les Hauts de Belfort - DĂ©cembre 2019
Le temps incertain mais particuliÚrement doux en cette journée de décembre n'a pas découragé quatorze marcheurs bien décidés à partir à l'assaut des Hauts de Belfort et de ses fortifications.
Un petit tour de l'étang des Forges permet de se mettre en jambe, et de découvrir la réserve ornithologique le long du sentier de la RoseliÚre. Cormorans, colverts, foulques semblent à peine perturbés par notre passage et par celui des nombreux joggers que nous rencontrons sur ce chemin prisé par les adeptes de la course dominicale.
AprÚs le passage dans les marais, nous grimpons vers le fort de la Miotte en rejoignant le chemin de Compostelle qui arrive de Bellemagny. Le sentier sous les murs du fort, couverts de mousses, marque pour les pÚlerins l'entrée dans Belfort.
A la Tour de la Miotte, nous quittons le chemin de Compostelle par un premier souterrain pour emprunter le Sentier des Hauts de Belfort, qui aprĂšs le passage sur la passerelle du Vallon, nous conduit au Fort de la Justice. De lĂ , au travers d'une prairie sĂšche relativement humide, nous rejoignons les Glacis du ChĂąteau et le cimetiĂšre national de la Grande Guerre.
Contournant les fortifications et la Grande MosquĂ©e, nous entrons dans la Vieille Ville par la Porte de Brisach, et rejoignons le gĂźte des SƓurs de l'Alliance oĂč nous pouvons nous reposer et nous restaurer.
AprĂšs le repas convivial, nous reprenons notre chemin Ă  travers la Vieille Ville pour monter le long des remparts du chĂąteau et passer sous le Lion, toujours aussi imperturbable. Certains affirment cependant lui avoir vu bouger la queue ...
AprÚs quelques passages en tunnel, nous contournons le chùteau par le quatriÚme fossé, et gagnons la cour d'honneur en passant les pont-levis, puis la plateforme panoramique.
La vue sur le systÚme défensif est superbe, avec à l'horizon la plupart des ouvrages de la ceinture fortifiée entre Vosges et Jura.
Nous redescendons en ville, passons sur, puis sous la Porte de Brisach pour remonter dans le quartier de la Miotte, par une pelouse sÚche de plus en plus mouillée.
La pluie s'invite en fin de journée alors que nous redescendons par le chemin de Compostelle vers l'étang des Forges, guidés par un cerf-volant qui semble nous montrer le chemin.
Malgré un temps gris et pluvieux en fin de journée, tous s'accordent à trouver cette balade passionnante, alliant nature, histoire, architectures militaire et civile. Peu de goudron malgré la proximité de la ville. Beaucoup ont découvert ce jour là des lieux qu'ils ne connaissaient pas, ou qu'ils n'avaient jamais vus sous cet angle.
Texte et photos : René Michaux
 
Chemin des Moines vers Froidefontaine - Novembre 2019
Ce dimanche, 20 courageux se sont dĂ©placĂ©s pour effectuer la boucle d’environ 16 Km.
Un petit changement au programme : l’église de Grandvillars Ă©tant occupĂ©e Ă  partir de 10 h et souhaitant tout de mĂȘme admirer l’orgue Espagnol, nous dĂ©cidons de dĂ©buter Ă  Grandvillars au lieu de Morvillars, la boucle restant la mĂȘme.
Par une matinĂ©e fraĂźche et un brouillard Ă©pais nous cheminons Ă  travers bois jusqu’à Recouvrance, joli village bien dĂ©corĂ© et nous lisons les dictons Ă©crits par les enfants des Ă©coles et prĂ©sentĂ©s tout au long de la route. Puis direction Brebotte oĂč l’avancĂ©e d’une vieille ferme comtoise nous permet de manger Ă  l’abri car la pluie commence Ă  tomber.
AprÚs cette pause bien appréciée, les ponchos et les parapluies sont de sortie.
Pour la deuxiĂšme partie du trajet, nous longeons le canal du RhĂŽne au Rhin.
Nous passons prĂšs de l’église de Froidefontaine, Ă©glise romane que nous ne visiterons pas, vu le temps « pluie et neige ». Les marcheurs sont pressĂ©s de terminer le circuit, passage par Morvillars et direction Grandvillars.
Les plus pressés ne connaissant pas le parcours se retrouvent dans les champs prÚs de chasseurs en pleine battue. Merci au téléphone qui a permis de tout remettre en ordre.
Fin de la rando bien « gaugés » vers 16h.

Jacky Turinetti
Photos Danielle Brun-Vaunier, Bruno Géhant, René Michaux, Jacky Turinetti

 
Boucle de l'abbaye de Cherlieu - Octobre 2019

« La pluie n'arrĂȘte pas le marcheur Â» !

Ce dimanche matin, le dicton n'est pas démenti par la présence des seize personnes venues de loin pour certaines...

Rendez-vous Ă©tait donnĂ© devant l'Ă©glise du village de Vitrey sur Mance oĂč ayant collaborĂ© avec plaisir Ă  la reconnaissance du parcours, quelques membres de l'amicale locale nous rejoignent.

AprĂšs les prĂ©sentations, le groupe s'engage Ă  travers les rues du village pour atteindre « par une petite grimpette Â» le chemin blanc en direction de Montigny les Cherlieu.

La couleur des nuages augure d'une prĂ©cipitation certaine... qu'Ă  cela ne tienne la bonne humeur est lĂ  !

Une halte au bord de l'Ă©tang offre la rencontre et l'Ă©change avec quelques pĂȘcheurs locaux juste avant la pluie !

Nous rejoignons le village de Montigny-les-Cherlieu par une petite route. Encore une petite grimpette pour atteindre le haut du village et, heureux de l'opportunitĂ© Â« d'ĂȘtre au sec Â» nous pĂ©nĂ©trons dans l'Ă©glise, expressĂ©ment ouverte pour notre passage.

Outre la singularitĂ© de l'Ă©glise, nous dĂ©couvrons la maquette de l'abbaye du XIIe siĂšcle telle qu'elle devait ĂȘtre Ă  l'Ă©poque, Ă  l'Ă©coute des explications de Bernard (amicale de Vitrey).

Cela sera utile Ă  notre effort d'imagination lorsque nous serons devant le mur seul vestige de l'Ă©difice !

Au moment de reprendre le chemin sous la pluie, nous décidons d'éviter la montée en sous-bois et préférons parcourir les trois kilomÚtres par la route qui conduit aux gßtes à proximité du site.

ArrivĂ©s sur site, nous nous empressons « au pied  du mur Â» pendant une accalmie !

Le lieu impressionne par sa taille, les nombreuses dĂ©pendances en ruines laissent Ă  penser de l'importance du site. Signalons au passage une association « Cherlieu prĂ©sence cistercienne Â» qui se prĂ©occupe de la restauration, en soutien avec les propriĂ©taires et l'aide du loto patrimoine en 2020.

Les propriétaires du lieu, Christine et Alain, nous accueillent pour la pause pique-nique dans une grande salle récemment aménagée dans les dépendances.

Une fois dĂ©barrassĂ©s de nos protections de pluie, bien contents d'ĂȘtre Ă  l'abri, nous tirons le repas du sac dans une ambiance dĂ©tendue.

Christine nous rejoindra avec le cafĂ© et nous prendrons le temps d'Ă©couter « un moment d'histoire Â» Ă  propos de ce lieu unique oĂč vĂ©curent jusqu'Ă  600 moines cisterciens en communautĂ©.

Au moment de repartir, nous remercions nos hĂŽtes pour leur chaleureux accueil, Ă  recommander !

A prĂ©sent, le chemin nous emmĂšne Ă  travers bois oĂč les couleurs et odeurs de l'automne s'offrent  pour le plus grand plaisir des promeneurs.

Au passage, nous remarquerons « la source des moines Â», discrĂšte en bordure de chemin, essentielle Ă  l'installation des hommes en ce lieu au XIIe siĂšcle et les vestiges d'une digue d'Ă©tang destinĂ© Ă  l'Ă©levage de poissons comme le pratiquaient les moines.

En chemin, les amateurs de champignons ne se priveront pas de la cueillette de quelques beaux cĂšpes !

Sous l'alternance des chutes de pluie, nous progressons en sous-bois, et Ă  travers les pĂąturages bordant la route en passant par le joli village de Chauvirey-le-ChĂątel, nous regagnons enfin Vitrey aprĂšs avoir parcouru une boucle de 21 km !

Nous avons eu plaisir à préparer cette randonnée et nous remercions tous les participants. Nous la recommandons à d'autres désireux de découvrir le site remarquable de Cherlieu.

Marie-Laure Gelinotte et Florence Semprez
Photos Bruno Géhant et René Michaux

 
Avec nos amis suisses au Roc de Courroux - Septembre 2019
Merci à nos amis de l'Amicale Jurassienne de nous avoir accueillis par une belle journée sur ce site magnifique.
AprĂšs un dĂ©part de Courroux dans la fraicheur des brumes matinales, nous montons lentement en forĂȘt vers le massif du Roc de Courroux qui domine DelĂ©mont. Les brumes disparaissent lentement quand nous arrivons Ă  la Petite Roche que les plus tĂ©mĂ©raires escaladent par l'intĂ©rieur, tandis que les autres rejoignent le sommet par une voie plus classique. La vue sur les vallĂ©es encore embrumĂ©es est superbe.
AprÚs une petite pause, le groupe se dirige vers le Roc de Courroux, qui offre une nouvelle fois la possibilité à chacun de montrer ses talents de grimpeur.
L'arrivée à la cabane de la Rochatte au son de l'accordéon annonce l'apéritif et la raclette, moment convivial de partage franco-suisse.
Le retour s'effectue pour les plus courageux par un chemin en forĂȘt.
En conclusion, une belle journĂ©e, mĂȘme si nous regrettons tous que les français aient Ă©tĂ© si peu nombreux.

Photos : Jacqueline Muster et René Michaux
 

Sur les traces de l'ermite Pierre Lamadou - août 2019

Bien Ă©tonnĂ© l'ermite de Plaimbois-Vennes que deux cent vingt ans aprĂšs sa disparition, une belle assemblĂ©e s'intĂ©resse encore Ă  sa vie. Se trouvaient rĂ©unis des marcheurs de l'Association Franc Comtoise du Chemin de Compostelle AF-CCC et des sympathisants locaux,

Vie d'ermite qu'il avait dĂ©cidĂ© de mener pendant quarante cinq ans dans une grotte du massif du Jura, pour expier Ă  ses yeux une faute que lui seul jugeait ainsi. C'est par le chemin qu'il emprunta pour arriver Ă  son village d'adoption que nous dĂ©butons cette randonnĂ©e.

PassĂ© le pont de Plaimont sur le ruisseau de la Reverotte, qui donne son nom Ă  la vallĂ©e, c'est en sous-bois et avec un beau soleil que nous atteignons la cascade du moulin de Vermondans. Dans ce beau cadre propice Ă  sortir les repas du sac, nous dĂ©jeunons, bien loin des privations que s'imposait notre ermite !

Raide la montée, dure la cÎte, aprÚs les agapes, et pourtant il fallait bien remonter sur le plateau.

Opportunistes nous nous délestons de nos calories superflues, les gùteaux de Nicole et Marie-Laure étaient délicieux.

Pierre Gardien dit Pierre Lamadou, ermite de Plaimbois-Vennes, notre marche se termine lĂ  oĂč un calvaire Ă  ta mĂ©moire perpĂ©tue ton souvenir. Souvenir qui se perpĂ©tue chez tous les habitants du village. 

Nous te devons cette belle journée ensoleillée, empreinte d'amitié et d'harmonie. C'est pourquoi tu méritais bien ce petit témoignage accordé par des pÚlerins, toi qui tous les ans te rendais à pied en pÚlerinage à Einsiedeln, prier la Vierge Noire pour le bonheur de tes amis villageois.

A bientĂŽt sur de prochaines randonnĂ©es.       

Jean

 

Chùteaux et vallons en vallée de l'Ognon - juillet 2019
Ce dimanche 21 la journée s'annonçait chaude au niveau de la température, voire caniculaire. Et pourtant nous voilà nombreuses et nombreux au départ de la marche concoctée par Paul et Catherine, sur les coteaux de la vallée de l'Ognon.

Nos amis de l'association des chemins de Compostelle et de Rome - Bourogne/Franche-Comté (ACCR-BFC) venus en grand nombre, ce sont 30 marcheurs, qui de la cabane de chasse de Vitreux (39) suivent le guide du jour en empruntant « le chemin des vignes ».

Le parcours ombragĂ© rend la tempĂ©rature supportable. A travers bois nous arrivons Ă  l'Espace Naturel Sensible de la pelouse de la Chaux, joli point de vue d'oĂč nous apercevons le Mont Poupet et ses 850 m ainsi que les villages de Mercey, Romain,Vigearde et celui d'Etrabonne (25).

Etrabonne oĂč nous arrivons par le sentier de dĂ©couverte ou chemin des Rois Mages, qui perdus Ă  leur retour de Terre Sainte ont trouvĂ© l'eau de la fontaine    « trĂšs bonne » d'oĂč le nom du village : Etrabonne « eau trĂšs bonne ». Plus scientifiquement ce nom viendrait du latin strata « chemin pavĂ© » et bona « de bonne qualitĂ© ». La voie romaine Ă  Etrabonne Ă©tait peut-ĂȘtre une     Â« bonne route ».
Monsieur Philippe Baillard, membre de l'association « Promenade historique dans la vallĂ©e de l'Ognon » vient Ă  notre rencontre pour nous prĂ©senter l'histoire du village d'Etrabonne oĂč les barons ont eu beaucoup d'influence au fil des siĂšcles, sur le plan judiciaire notamment (baillage crĂ©Ă© en 1436).
Monsieur Baillard nous fßt entrer dans la cour du chùteau et nous conta avec passion l'histoire de ce chùteau dont sa famille est propriétaire par un curieux hasard depuis 1956.
Ce chĂąteau a « vĂ©cu » au rythme des guerres et fut sauvĂ© de la destruction lors de la RĂ©volution car il avait Ă©tĂ© transformĂ© en ferme. Il conserve son caractĂšre fĂ©odal avec une tour maĂźtresse ronde qui faisait 28 m de haut Ă  l'origine. Écouter notre guide est passionnant et sa demeure prend vie sous nos yeux, avec les       Â« routiers » qui en font le siĂšge. Ce chĂąteau est inscrit dans la Grande Histoire, il continue au rythme des fĂȘtes familiales et s'inscrit dans les promenades historiques de la vallĂ©e de l’Ognon.
Nous prenons note de son ouverture lors des journées du patrimoine.

Monsieur le Maire nous a ouvert la porte de la salle des fĂȘtes, un joyeux casse-croĂ»te arrosĂ© et terminĂ© par de bons gĂąteaux permet Ă  chacun de faire plus ample connaissance. François de la ConfraternitĂ© est venu se joindre au groupe.

Gilbert et Danielle profitent de cet instant pour dire tout le plaisir d'une randonnée inter associations, à renouveler.

Les sentiers ombragés nous permettent de rejoindre le village viticole du Moutherot. D'un commun accord nous préférons « le blanc de la fontaine » !!

Retour par Jallerange, avec une magnifique vue sur la vallée de l'Ognon, avant de découvrir la cour et le jardin du chùteau de Jallerange, par les grilles.
Les pauses sont émaillées par l'avancée de l'étape du tour de France du jour.
Puis depuis Pagney, vue par-dessus les murs d'enceinte sur deux chùteaux, initialement des pavillons de vendanges, agrandis au 19Úme siÚcle, appartenant à des membres du Parlement de Besançon.

Le retour se fait par « la vieille route », peut ĂȘtre la voie romaine Pontailler-Besançon.. un joli sentier en sous-bois bordĂ© de murgers. Ces murs bordaient d'anciennes parcelles de vignes, on imagine le travail des viticulteurs jadis.
Belle et sympathique randonnée, beau parcours apprécié par tous avec une belle étape « patrimoine » qui a donné à chacun l'envie d'en savoir plus.

Danielle et Paul
Photos Jean-Yves  - Plus de photos en cliquant sur le lien  https://photos.app.goo.gl/QJckbbGoMRqr4bLG9

 


 

Sur le chemin de Compostelle entre Besançon et Marnay - juin 201...
Pour quelques participants, ce dimanche 16 juin,  il s’agissait d’une premiĂšre car ils ne connaissaient pas encore ce parcours tracĂ© depuis 2008 avec l’aide des communes et municipalitĂ©s, pour les pĂšlerins partant de Besançon et voulant rejoindre le chemin principal Ă  Marnay aprĂšs 23 km de marche.
S’agissant d’une randonnĂ©e en ligne, nous nous sommes donnĂ©s rendez-vous Ă  Marnay Ă  8 h 30 pour rejoindre en co-voiturage le point de dĂ©part au Centre de Soins Ă  Besançon-Tilleroyes.
Le chemin s’abrite sous une belle forĂȘt avant de traverser Serre-les-Sapins et de rejoindre Champvans-les-Moulins par un joli vallon et un nouveau tracĂ© rĂ©alisĂ© par la commune. AprĂšs un bel effort pour gravir la grapillotte de la colline de Champagney nous arrivons vers l’église qui domine le village pour une halte salutaire et rĂ©confortante.
Plus loin, l’arrĂȘt Ă  Audeux nous a permis de dĂ©couvrir son surprenant lavoir et la belle ferme en contrebas. Un nouvel accĂšs Ă  Placey, balisĂ© rĂ©cemment, fait apparaitre plus loin le panorama sur les environs et le village blotti dans son vallon qui nous accueille pour l’arrĂȘt pique-nique auprĂšs du beau lavoir avec le confort de tables installĂ©es par la commune du village.
AprĂšs quelques petits dĂ©nivelĂ©s et la traversĂ©e du village de Franey nous arrivons Ă  Cordiron caractĂ©risĂ© par son chĂąteau bien restaurĂ© par un passionnĂ© et son beau lavoir. Nous dĂ©couvrons ensuite le nouvel itinĂ©raire qui passe par de beaux chemins agrĂ©mentĂ©s d’étangs et de bosquets jusqu’à Ruffey-le-ChĂąteau. Le but final apparait dans le lointain et nous rejoignons Marnay aprĂšs la traversĂ©e de la riviĂšre l’Ognon.
L’arrivĂ©e Ă  Marnay a permis pour certains de dĂ©couvrir la fresque de Manola et la statue de Saint Jacques installĂ©e dans l’église lors de la derniĂšre annĂ©e jacquaire. A noter Ă©galement sur la place de l’église les deux QR codes concernant la ‘’fresque de Marnay’’ et les ‘’2000 km de Marnay Ă  Saint Jacques de Compostelle’’.
MalgrĂ© une assistance limitĂ©e Ă  5 participants (fĂȘte des pĂšres, dĂ©part sur le Chemin, etc..) qui ont rĂ©pondu Ă  l’appel du chemin nous avons apprĂ©ciĂ© cette belle balade dans la convivialitĂ© et l’amitiĂ©, bĂ©nĂ©ficiĂ© d’un temps superbe et dĂ©couvert un beau chemin aux portes de Besançon.

Jacques Sutter

Balade de la Saint-Fromond avec nos amis suisses
A l'invitation de nos amis suisses de l'Amicale Jurassienne, nous avons participé à la balade de Miécourt à Bonfol, pour célébrer le saint local, Saint-Fromond et assister à la célÚbre bénédiction des animaux.
Une vingtaine de pÚlerins sont partis tÎt le matin de Miécourt, en suivant le nouveau chemin de Compostelle initié par l'Amicale jurassienne.
Un petit détour nous a permis de découvrir le monument Flury, du nom de l'observateur en ballon suisse victime de la premiÚre guerre mondiale.
Arrivés à Bonfol juste à temps pour la messe, nous avons ensuite suivi la procession, émaillée des étapes de bénédiction de l'eau à la fontaine, des champs et enfin des animaux à la chapelle Saint-Fromond.
Chiens, chats, volailles, chevaux, poneys, moutons, chĂšvres, et mĂȘme un escargot ont reçu la bĂ©nĂ©diction de Saint-Fromond.
Une belle matinée, terminée dans une ambiance festive dans la 'cantine' de l'amicale de pécheurs.
Merci à nos amis suisses pour ce beau moment de convivialité.

Texte et photos, René Michaux
 
Montbozon et alentours (70) - mai 2019
Ce dimanche 19, nul n'a rĂ©sistĂ© au « dessert de Roi et au Roi des desserts ». En effet, nous voici pour commencer la journĂ©e au cƓur de la fabrication du biscuit de Montbozon, Ă  la Biscuiterie Lanternier. Le chef pĂątissier met en route la vidĂ©o qui relate l'histoire de ce petit biscuit qui a fait le tour du monde. Le succĂšs du biscuit va jusqu'au Japon, oĂč salon a Ă©tĂ© tenu avec un grand succĂšs et mĂȘme sa fabrication sur place.

Départ de la randonnée sur le circuit des lavoirs et des fontaines à Fontenois. Le petit groupe a osé braver les prévisions météo pessimistes ; capes, parapluies sont prévus !!
Le village compte quatre fontaine-lavoir-abreuvoir dont la plus connue est circulaire, située au milieu du village. Sa construction date de 1828, son dÎme de zinc suscite notre admiration.

Nous voilà dans le finage de cultures de colza, de blé, en route pour le hameau du Saut de Corneille.

Pourquoi ce nom de hameau si imagĂ© ? La lĂ©gende dit que le seigneur de Bouhans voulait bĂątir une mĂ©tairie sans savoir oĂč, il lĂącha une corneille privĂ©e en ayant dĂ©cidĂ© que le lieu serait l'arrĂȘt de son premier vol. La corneille s'abattit sur le monticule entre CogniĂšres et Bouhans et lĂ  il fonda ledit hameau.

Le viaduc de la ligne PLM Besançon-Lure nous étonne par sa majesté. Là, une voie verte est en cours de construction pour permettre aux promeneurs, aux cyclistes, de se rendre à terme de Loulans-les-Forges à Lure.
Nous dĂ©couvrons Bouhans, le village du poĂšte paysan Emile Raguin et, comme le hasard n'existe pas, nous avons le plaisir de rencontrer sa petite fille qui nous renseigne sur le patrimoine du village, notamment sur le ChĂȘne de Courbon. 

Les nuages menacent mais restent à distance. Cela nous permet de voir l'église de Thiénans devenue la mairie de cette commune. Nous rejoignons Montbozon par le Chemin de la Galeuse, sans omettre d'admirer le jardin de Florencia.
Viviane et Patrick nous accueillent dans leur belle demeure du 17Úme siÚcle, relais postal transformé en chambres d'hÎtes, APAVA.
L’apĂ©ritif offert par nos hĂŽtes rĂ©chauffe notre casse-croute avant que nous allions nous chauffer au feu de bois et nous rĂ©galer du dessert concoctĂ© par Viviane. Le bien-ĂȘtre et la chaleur engourdit le groupe qui a du mal Ă  prendre congĂ© pour suivre GeneviĂšve, notre guide. Elle va nous prĂ©senter cette « petite citĂ© comtoise de caractĂšre » avec sa passion naturelle. Devant la fontaine du Cygne, Nicole a essayĂ© de prendre un envol...en vain !

Nous allons à la rencontre du bourg bas. Là, nous traversons l'ancien orphelinat devenu une maison familiale rurale de renom. Nous remontons au niveau de l'ancien couvent et via un passage « réservé » aux initiés, nous voilà à la Maison Forte Bouda construite au 16Úme siÚcle, la cour Renaissance retient nos regards. Le matériel collectionné et classé par Monsieur Bouda nous ébahit.
Notre guide, passionnée par son village, a su nous faire surfer de par les siÚcles, nous avons découvert la richesse de cette cité discrÚte et combien attachante.

Nous quittons Montbozon par «la vieille route de Fontenois» pour retrouver nos véhicules juste avant que la pluie ne donne libre cours à sa « chute ».
Nous avons dĂ©couvert une citĂ© dont les habitants ont Ă  cƓur de partager leur enthousiasme d'y ĂȘtre nĂ© et d'y vivre. Je pense que chacun reviendra un jour revoir un peu de cette vallĂ©e de l'Ognon.

Danielle Brun-Vaunier
Photos Danielle Brun-Vaunier


 

Aux alentours de Vesoul (70) - Avril 2019
Ce dimanche 14 avril nous sommes 9 devant le thĂ©Ăątre Edwige FeuillĂšre de Vesoul pour partir Ă  9 heures. Le temps est frais, - 3° ce matin, et, semble-t-il, de la neige sur Belfort ! 
Nous traversons Vesoul en passant par la mairie, le quai Yves Barbier, puis par les jardins municipaux en longeant le Durgeon. Ensuite, direction Vaivre par la piste cyclable. Nous passons dans Vaivre en montant devant l’église et nous dirigeons vers le camp de CĂ©sar que nous contournons afin de dĂ©couvrir une vue d'ensemble sur la plaine de Vaivre, le lac, la ville de Vesoul, le site des usines PSA, Montigny-les-Vesoul ainsi qu'un horizon assez lointain en pouvant imaginer la plaine de la SaĂŽne. AprĂšs ce dĂ©tour nous nous retrouvons sur les falaises avec une vue gĂ©nĂ©rale sur le village de Chariez oĂč nous descendons ensuite. 

C'est ici à l'entrée du village que nous attendent Mmes Annick Guillaumot et Renée Thevenot pour commenter une visite. AprÚs nous avoir présenté la Maison Forte, les anciens remparts, nous visitons l'église (ici nous rejoignent Nicole et Danielle), le moulin, les 7 calvaires dont un classé, les 7 fontaines et bien sûr de nombreuses maisons typiques vigneronnes avec leurs portes de caves bien particuliÚres.

Mme Guillaumot nous confie ensuite les clefs de la petite salle des fĂȘtes, nous pouvons ainsi nous restaurer au chaud et profiter des commoditĂ©s.

L’aprĂšs-midi nous repartons sur le village de Vaivre, empruntons une partie des rives du lac, pour ensuite grimper par le Chemin de Croix et arriver Ă  la Chapelle de la Motte. Au sommet nous dĂ©couvrons la vue Ă  360° sur la ville de Vesoul, le Sabot de Frotey, la plaine de Pusey.

Retour vers les voitures aprĂšs avoir marchĂ© 22 km, un peu plus que les 18 annoncĂ©s ! 
Merci Ă  tous les participants.
Jacques Simon

Photos Jacques Simon, Nicole Blivet
D'autres photos sont publiées ici
 
Randonnée avec nos amis alsaciens, Bellemagny (68) - Mars 2019
Quarante huit randonneurs et un chien, d'Alsace et de Franche-Comté, se rencontrent en ce dimanche de fin d'hiver à Angeot pour une marche autour de l'ancienne frontiÚre, sur la ligne de partage des eaux.
Par un temps frais mais trÚs ensoleillé, nous prenons le Chemin de Compostelle à l'envers, puis tournons à travers bois vers Vauthiermont. Le village garde toujours les traces de son rÎle passé de poste de douane. Nous continuons à travers bois et champs pour entrer en Alsace, ancienne frontiÚre encore bien marquée par des bornes gravées d'un F et d'un D martelé.
Le passage dans les champs et les bois se révÚle un peu plus humide que prévu, et nous oblige à quitter quelquefois le chemin pour trouver un terrain plus sec dans les sous-bois.
AprÚs Bréchaumont, nous nous regroupons devant l'église fortifiée de Saint-Cosme.
Dernier kilomĂštre sur la route avant d'atteindre Bellemagny oĂč les sƓurs du couvent nous accueillent trĂšs chaleureusement.
La table est mise, l'apéritif est servi ... la bonne humeur générale et les vins d'Alsace réchauffent l'ambiance.
Pendant que nous profitons de ce bon repas, le ciel se couvre, le temps change.
Nous repartons sous la pluie, froide, fouettés par le vent.
Le retour s'effectuera pour beaucoup en suivant le chemin de Compostelle jusqu'Ă  Angeot, tandis que les plus courageux, ou les moins frileux, continueront la boucle par Eteimbes.
Finalement, une belle journĂ©e, pleine de rencontres et de beaux chemins, marquĂ©e par l'hospitalitĂ© lĂ©gendaire des sƓurs du Couvent de Bellemagny.
Une marche commune Ă  renouveler tous les ans.
Photos Claude et Jackie Bernasconi, Claude et Jocelyne Perrot, René Michaux
D'autres photos sont publiées ici.
 
Circuit des 6 communes du Pays de Montbéliard (25) - février 20...
Ce dimanche matin 17, par -3° et un beau soleil radieux notre groupe de 20 personnes se met en marche.

Quelques escaliers et nous sommes déjà sur les hauteurs d'Exincourt.
Devant l'Axone, d'un cÎté vue sur Audincourt et ses environs avec en fond la chaßne du Lomont, contrefort de la Suisse, de l'autre cÎté vue sur Montbéliard, le Mont-Bart, et les Vosges, le Ballon d'Alsace enneigé.
Nous descendons jusqu'Ă  l'Euro VĂ©lo 6 que nous longeons un moment pour arriver au vieux village d'Exincourt. 

Puis direction les hauteurs de Taillecourt avec un point de vue sur la plaine et le point de dĂ©part de notre randonnĂ©e en campagne. 
Nous arrivons à l'orée du bois de Taillecourt, prenons le sentier balisé dans le grand bois qui nous conduit à Etupes avec un beau chemin facile. En sortie de bois nous traversons un verger pédagogique avec des variétés d'arbres fruitiers régionaux et un arboretum.

Enfin c'est l'heure du casse-croûte, bien installés au soleil dans une aire de repos prÚs d'un parcours Vita avec tables et bancs...que du bonheur!
Saint-Jacques veille sur nous car pendant cette pause deux de ses disciples partagent leur clafoutis aux prunes : trÚs bonne idée.

AprĂšs nous ĂȘtre reposĂ©s et restaurĂ©s pendant une heure, il faut reprendre le chemin : direction Dasle Ă  travers les bois puis Audincourt, quartier des Cantons. A l'entrĂ©e de la ville nous arrivons sur la piste cyclable, le soleil est chaud et gĂ©nĂ©reux, nous rentrons tranquillement par cette voie en passant devant l'ancienne gare d'Audincourt, les cinĂ©mas, et arrivĂ©e Ă  notre point de dĂ©part .

En conclusion : une bonne Ă©quipe de pĂšlerins, marche dans le "" DOUBS "" et la mĂ©tĂ©o favorable, recettes d’une belle journĂ©e de partage et d'Ă©changes.
Merci à tous, Ultréïa !

Claude et Jackie Bernarsconi
Photos Claude et Jackie, René Michaux, Nicole Blivet
 

Pesmes (70140) et environs - janvier 2019
Ce dimanche 20 janvier nous démarrons la randonnée à Pesmes, par un temps frais et un ciel presque bleu, avec 15 marcheurs.
Nous passons par un traje et arrivons devant l'ile de la Sauvageonne, lieu de baignade et de pĂȘche en Ă©tĂ©. AprĂšs environ 500 mĂštres de goudron, nous empruntons un chemin blanc qui nous conduira Ă  Mutigney dans le Jura. Au passage, un rayon de soleil inattendu nous offre une superbe vue sur le chĂąteau de Pesmes. 
A Mutigney, plusieurs haltes pour admirer le chùteau (de loin, car c'est privé) et plusieurs fontaines. Le rayon de soleil était trÚs fugitif puisque nous revenons sur Pesmes avec la neige qui deviendra crachin.
Retour en Haute SaĂŽne en traversant l'Ognon avec un beau point de vue depuis le pont sur le barrage. Passage devant le MusĂ©e des anciennes Forges de Pesmes oĂč Ă©taient fabriquĂ©s des sĂ©cateurs il y a une quarantaine d'annĂ©es. Des visites sont organisĂ©es l'Ă©tĂ© par de bĂ©nĂ©voles.
Un petit tour le long de l'Ognon qui nous accompagnera tout au long de cette journée.
A l'arrivée dans Pesmes, la pluie, elle aussi, nous accompagne mais nous continuons la visite des petites rues pour admirer le patrimoine (chùteau, vieilles demeures, ruelles...)
Il est l'heure de se restaurer et Claudine nous attend avec l'apĂ©ritif !! Comme par hasard, la salle prĂȘtĂ©e par la commune s'appelle Saint-Jacques et se situe rue Saint-Jacques ! Le chauffage est le bienvenu pour sĂ©cher les vĂȘtements et se rĂ©chauffer.
Vers 14 h nous nous dirigeons sur le village de Malans pour la visite du parc du chùteau qui est ouvert toute l'année au public gratuitement. Les propriétaires aiment voir les visiteurs profiter de toutes ces oeuvres trÚs originales. Ce lieu qui s'appelle Ile Art est devenu trÚs connu dans la région et attire beaucoup de touristes l'été. La visite complÚte demande environ une heure et demie avec un beau parcours un peu accidenté et qui se termine dans une ancienne carriÚre.
Le retour s'effectue par une petite route goudronnĂ©e et nous revenons au parking vers 17 h aprĂšs une journĂ©e bien humide mais qui n'a pas empĂȘchĂ©e la bonne humeur.

Danielle Voilly
Photos Nicole Blivet et René Michaux

 

Paysage, culture et bùtiments religieux à Besançon - décembre...
Dans la grisaille matinale, le cƓur gai, douze pĂšlerins partent Ă  la rencontre du VĂ©sontio de Jean. Du parking de la Rodia Ă  la friche industrielle de la Rhodia, il n'y a qu'un pas pour franchir le Doubs.  Nous dĂ©couvrons l'entrĂ©e du tunnel ferroviaire de la ligne du tacot de Besançon Amathay-VĂ©signeux. Ce tunnel long de 464 m dĂ©bouche Ă  Tarragnoz pour monter sur Beure, Larnod. Une future destination touristique sera peut ĂȘtre envisagĂ©e, par exemple un accĂšs par ascenseur Ă  la citadelle.
Nous empruntons le tunnel fluvial « canal du RhÎne au Rhin » pour nous retrouver au pied de la citadelle de Vauban et des nombreux « escaliers » à gravir. La montée fut agrémentée par une incursion dans un abri sous roche, destiné aux soldats demi solde de Napoléon.
Nous voilĂ  arrivĂ©s devant le fronton du chef d'oeuvre de Vauban, inscrit au patrimoine de l'Unesco. La vue panoramique sur la ville nous rĂ©compense de nos efforts mais il faut redescendre par des « escaliers » pour mieux voir que nous sommes dans une boucle du Doubs. 
Nous arrivons Ă  la porte Rivotte, une des deux derniĂšres portes de la ville.
La maison Maréchal que nous découvrons est un joyau de la Renaissance.
Nous retrouvons Françoise et Nicole en chemin pour arriver Ă  l'horloge astronomique oĂč la confĂ©renciĂšre passionnĂ©e nous attend. Un chef d'oeuvre conçu par Monsieur VeritĂ© de Beauvais dont la construction sur place a mis 4 ans pour un fonctionnement optimal.Que de cadrans ! D'aiguilles ! D'automates ! pour ravir nos yeux, nos oreilles grĂące Ă  des rĂ©glages prĂ©cis. Cette mĂ©canique doit ĂȘtre remontĂ©e chaque jour pour perpĂ©tuer le temps...

Jean bat le rappel, car l'astronomique va faire place au gastronomique. 

AprĂšs avoir empruntĂ© encore une volĂ©e d'escaliers et un « traje », nous voilĂ  dans le foyer du jour de Claudine, oĂč elle nous attend avec une table riche en amuse-bouche colorĂ©s. Nous sommes tous ravis d'ĂȘtre au chaud et nous avons faim.

La pause digestive est de courte durée. Heureusement, la mirabelle nous donne le courage de repartir affronter les frimas ! Un rendez-vous est à honorer avec monsieur Daniel Weber de l'association Culturelle Patrimoine de Sainte Madeleine.

En chemin, nous passons devant un endroit célÚbre : le lieu de naissance de Françoise, avec l'enseigne de la boucherie Chevaline familiale bien connue des bisontins.
Visite commentĂ©e de l'Ă©glise de la Madeleine avec un passionnĂ© qui nous emmĂšne Ă  la rencontre des Bousbots. 
Le quartier de Battant, comme partout à Besançon, était couvert de vignes. La confrérie des vignerons, de saint Vernier, ou saint Verner fut créée. Ce saint ne fut guÚre en odeur de sainteté avec l'église car considéré comme buveur, toutefois ses reliques furent amenées en 1548 à l'église halle de la Madeleine pour sa canonisation.
Notre guide est rejoint par Anne-Marie pour nous faire découvrir la richesse des habits liturgiques rangés dans un chapier. Le devant d'autel du 18Úme siÚcle, brodé en perles et paille, nous ébahit !
Les habits bĂ©nis sont dans des meubles. Les tissus sont exceptionnels, tissĂ©s de fils d'or ou brochĂ©s ou gaufrĂ©s ce qui faits que certains vĂȘtements liturgiques sont classĂ©s aux monuments historiques.
Notre intĂ©rĂȘt pour les objets religieux redouble lorsque l'on dĂ©couvre la collection de l'Ă©tage. 
Le musée dédié à la grande guerre, notamment aux aumÎniers militaires, nous laisse sans voix car ils disposaient de valises chapelle pour célébrer la messe au plus prÚs des combattants.
Monsieur Weber nous parle de la vierge noire d'Einsiedeln, nous attendons avec impatience la future exposition pour mieux connaĂźtre ce pĂšlerinage cher aux Franc-comtois.

De retour dans les rues du quartier Battant pour découvrir les cours intérieures, notamment celle de l'HÎtel de Champagney. Puis descente vers le Doubs, découverte de la maison natale du théoricien socialiste Proudhon. La source de la MouilliÚre porte bien son nom, c'est un exutoire du bassin versant de Thise-Chailluz. Retour par les quais pour admirer encore la majesté des fortifications de la citadelle.
Contents et fourbus nous nous séparons en comprenant que Besançon reste encore à découvrir.

Merci Jean pour ce petit tour culturel et historique. 
Merci Claudine pour notre halte de midi bien confortable. 

Danielle Brun-Vaunier
Photos Danielle Brun-Vaunier, RenĂ© Michaux, Nicole et Daniel Blivet 
 

Bassin de Champagney, rigole et canal de Haute- SaĂŽne - Novembre...

Par une journée bien froide, nous étions dix à affronter la bise pour découvrir l'histoire du canal de Montbéliard à la Haute-SaÎne.

Lancés peu aprÚs la guerre de 1870, les travaux ont subi de nombreux contre-temps, techniques et politiques. La partie est du canal, de Ronchamp à Allenjoie, n'a été mise en service qu'en 1926 ... quand son utilité n'était plus si évidente. Quant à la partie ouest de Ronchamp à Conflandey, elle resta à l'état de projet.

Nous partons le matin du port de Frahier, point haut du canal, en direction de Chùlonvillars. Quelques détonations nous rappellent que la chasse est ouverte. Prudence donc.

En partie le long du canal, en partie dans le village de Frahier, nous arrivons Ă  l'entrĂ©e du tunnel de la ForĂȘt, dĂ©rangeant au passage un sanglier qui a compris, lui aussi, que la chasse est ouverte. Nous dĂ©couvrons au passage les chambres de minage, installĂ©es Ă  la demande des autoritĂ©s militaires.

Nous grimpons sur la crĂȘte pour franchir le tunnel, profitons de la vue embrumĂ©e sur les Vosges, le Jura et la butte d'Etobon. Nous redescendons Ă  travers champs - gilets jaunes bien visibles pour Ă©viter la confusion avec un sanglier - et traversons une zone d'Ă©tangs pour rejoindre le canal.

Au passage, sur la petite route d'Evette, nous provoquons avec nos gilets jaunes une réaction passagÚre mais bien visible chez quelques conducteurs angoissés ...

Retour au port de Frahier, sous un soleil glacial, pour profiter d'un pique-nique bien mérité.

AprÚs le repas, nous repartons en direction du bassin de Champagney, le long de la rigole d'alimentation. M. Marchal des VNF nous y attend pour nous accompagner sur la digue et présenter l'ouvrage. AprÚs une période d'entretien, le niveau du bassin est en ce moment au plus bas, et attend la pluie pour se remplir à nouveau.

Nous dĂ©couvrons la structure du barrage, ses faiblesses, les travaux de maintenance, les diffĂ©rents types de vannes, et les protocoles et outils de surveillance. Le niveau particuliĂšrement bas du bassin nous permet mĂȘme de distinguer le tracĂ© de l'ancienne voie ferrĂ©e qui, de Ronchamp au chantier, permettait de transporter les matĂ©riaux.

Nous revenons par la rigole jusqu'au port de Frahier.

Le patrimoine et l'histoire du canal ont Ă©tĂ© pour beaucoup une dĂ©couverte. Nous avions nous-mĂȘme dĂ©couvert cette histoire passionnante lors de la prĂ©paration de la balade en s'appuyant sur le livre "Le bassin de Champagney & le canal de SaĂŽne" par Pierre Klinger. 

Martine et René Michaux

 
Vallée du Doubs, Chùteau et Fort de Montfaucon - Septembre 2018

Les journĂ©es de fin d’étĂ© sont souvent les plus agrĂ©ables pour nos balades, du soleil mais pas trop, une tempĂ©rature idĂ©ale pour marcher, et plein de rĂ©cits Ă  partager 


Nous Ă©tions neuf au pied de la Citadelle de Besançon, sur le parking de l’ancien site industriel de la Rhodia, prĂȘts Ă  traverser puis longer le Doubs par l’EurovĂ©lo 6 jusqu’à La Malate. Nous rencontrons peu de monde le matin sur cet axe Nantes-Budapest. Nous montons ensuite par un sentier vers les ruines du chĂąteau de Montfaucon, vestiges de l’ancienne forteresse des Montfaucon-MontbĂ©liard qui Ă©tendaient leur influence sur toute la ComtĂ© et une partie du Pays de Vaud.


Dans les ruines de l’église, une messe se termine par un baptĂȘme, et nous sommes tous invitĂ©s Ă  prendre l’apĂ©ritif offert par la mairie de Montfaucon.

Inattendu, ambiance festive assurée, avec petits gùteaux et dragées.


AprÚs un pique-nique dans la basse-cour au pied du chùteau, gùteau de noix d'Antoine aidant, nous grimpons sur la deuxiÚme falaise pour atteindre le Fort de Montfaucon, magnifique point de vue sur tous les environs de Besançon. Daniel évoque avec nous son passé militaire, et ses souvenirs de transports de munitions depuis ce fort, toujours terrain militaire.


Nous redescendons ensuite au chĂąteau par le ‘nouveau’ village de Montfaucon, pour prendre un petit goĂ»ter vers la fontaine, partageant le gĂąteau de mĂ©nage amenĂ© par Daniel.


DerniĂšre bonne surprise, nous bĂ©nĂ©ficions d’une visite guidĂ©e quasi-privĂ©e du chĂąteau, et des ruines de l’ancien bourg dĂ©sertĂ© au 19Ăšme siĂšcle dĂ©sormais envahi par la vĂ©gĂ©tation. L’association qui nous a accueillis a rĂ©alisĂ© de gros travaux pour mettre en valeur les ruines, en dĂ©broussaillant et en sĂ©curisant le site.

Redescendus dans la vallĂ©e du Doubs, nous empruntons Ă  nouveau l’EurovĂ©lo 6, cette fois beaucoup plus frĂ©quentĂ©e par de nombreux cyclistes, patineurs, et roulettes en tous genres.

Encore une balade fort sympathique, avec un temps trÚs agréable, et surtout émaillée de quelques bonnes surprises.


René Michaux

Photos Pia Robin, Paul Courtoisier, René Michaux

 
A la découverte de Rougemont (25) et de ses environs - août 201...
Ce dimanche 19, voilĂ  une concentration de randonneurs qui se met en route. Les passants sont interloquĂ©s de voir autant de monde de si bonne heure, nous sommes 19,  accompagnĂ©s de la petite chienne Boubou.

Départ de « la Place » qui en fait est le soubassement de l'église envisagée au 17Úme siÚcle et laissée en l'état faute de finances.
La famille de Rougemont connue depuis le 11Ăšme siĂšcle a donnĂ© des seigneurs, des archevĂȘques. Leur influence leur confĂ©rait une place de choix, dans l'Ă©glise de Besançon, ils Ă©taient les premiers derriĂšre le Comte de Bourgogne et les Montfaucon.

L'architecture locale est faite de pierres blondes pour l' hĂŽtel de ville et les anciennes halles au grain, et le lavoir sous forme d'impluvium romain.
Je mĂȘle mes souvenirs de mes annĂ©es collĂšge car c'est lĂ  qu'Ă©tait la cour de rĂ©crĂ©ation avec tous ses souvenirs.
Passage par le chemin des fossés qui est en fait la troisiÚme ceinture de ce bourg fortifié, actuellement petite cité comtoise de caractÚre.

Le groupe atteint la Chapelle St Hilaire, lieu d'un ancien temple païen. A proximité, des fouilles ont permis de confirmer l'existence de l'ancien village de Nahon.
LĂ , nous empruntons le circuit N°7 balisĂ© par le Club d'Orientation et RandonnĂ©e pour rallier la forge Montagney oĂč nous attend Annie.
Avant d'entrer dans le bùtiment dédié au haut fourneau, nous découvrons qu'au 17Úme siÚcle, la Franche-Comté se place derriÚre la Lorraine pour la production de la fonte. Louis XIV a envoyé un émissaire pour que la production de boulets de canons soit assurée par cette forge. Plus de 14 000 boulets de différents calibres ont été livrés et ont assurés la réputation de la forge de Montagney.

Les explications relatives au fonctionnement du haut fourneau captent toute l'attention du groupe. Je dois préciser qu'Annie est passionnée par l'histoire de la Forge qui fait partie de son paysage depuis toujours.
Le remplissage du gueulard de charbon de bois et minerai de fer en Ă©gales proportions pour obtenir de la fonte a suscitĂ© des questions. 
Ce haut fourneau fonctionnait 24h sur 24 et produisait 5 tonnes de fonte par jour.

Cette forge et son haut fourneau peuvent ĂȘtre prĂ©sentĂ©s au public grĂące Ă  l'investissement de l’association des amis de la forge qui a oeuvrĂ© Ă  leur remise en Ă©tat, Ă  leur conservation. La communautĂ© de communes a Ă©tĂ© le maĂźtre d'ouvrage pour la protection du patrimoine « industriel » local.
Je crois entendre que midi est là et la faim a sonné ! Il est temps de trouver un coin à l'ombre pour savourer nos casse-croûtes et les gùteaux confectionnés par Catherine, Nicole..Pause au bout du pont sur l'Ognon, qui nous mÚne à Montagney.

L'ombre du bois Lassus nous accompagne, il fait trĂšs chaud et Boubou nous signale qu'elle a soif !

En plein soleil, la montĂ©e vers la colline de la citadelle de Rougemont a raison de nos forces. Monsieur Merme, notre guide, entend le groupe et arrive en mĂȘme temps que nous devant la maison d'autrefois, ancienne maison vigneronne. Elle retrace le passĂ© vigneron de Rougemont, prĂ©sente la vie et le travail des petits paysans-vignerons de la fin du XIXĂšme siĂšcle. Dans les diffĂ©rentes piĂšces, il y a des outils, des meubles anciens, du linge, une culotte fendue fait fantasmer..
René s'imagine à table chez Isidore, notre sympathique hébergeur de Villers-sur-Saulnot.
Paul découvre un sabot bricolé pour aller cueillir les brimbelles.
La vigne de Champotey produit encore un vin de qualité, et un mousseux depuis 2017. La vinification est faite dans les caves de la citadelle par les jeunes vignerons de Rougemont. La tradition perdure
Retour par la rue de la petite cĂŽte pour aller voir une des portes du bourg, la porte du Moulin.
Retour sur la place et pas de possibilité de nous désaltérer, les cafés sont fermés

Petite Balade de vacances qui, je l'espÚre, aura donné envie de revenir dans ce coin de campagne riant sous le soleil.

Danielle Brun-Vaunier
photos Paul Courtoisier, René Michaux
 

Aux alentours de Saint-Hippolyte (25) – juin 2018
DĂšs le dĂ©part de ce dimanche 17, une belle surprise : Daniel attendait notre petit groupe vers le pont de Bief avec cafĂ© et brioches ! 
Quelques mots Ă©changĂ©s en toute amitiĂ© et puis c’était le dĂ©part pour une montĂ©e musclĂ©e Ă  flanc de coteau. Les deux jeunes nouveaux participants, Julie et Cyril, grimpaient allĂ©grement tandis que les habituĂ©s prenaient leur temps pour arriver au sommet et admirer la vue sur la vallĂ©e. AprĂšs Liebvillers et ses beaux lavoirs, notre joyeuse troupe s’est dirigĂ©e vers l’impressionnante grotte du Bisontin. La sente en bordure de falaise nous a conduits jusqu’à la chapelle Notre Dame du Mont, ouverte. Nous avons ainsi pu admirer en toute sĂ©rĂ©nitĂ© ses vitraux colorĂ©s figuratifs. Mais il Ă©tait temps d’ouvrir les sacs Ă  pique-nique et, pour RenĂ©, d’offrir Ă  Martine un trĂšs spectaculaire chapeau d’anniversaire ! La jolie descente nous a fait atteindre Saint-Hippolyte. Son histoire trĂšs riche, dont celle du fameux Saint Suaire, a retenu l’attention de tous. De mĂȘme qu’une distraction imprĂ©vue : le vide-grenier qui avait lieu ce mĂȘme jour dans le centre du bourg. La randonnĂ©e s’est poursuivie en traversant le confluent du Doubs et du Dessoubre puis en longeant un beau chemin plat et ombrĂ© le long de la rive du Doubs. 
ArrivĂ©s au terme de cette randonnĂ©e trĂšs plaisante, nous avons remerciĂ© chaleureusement Jacques Dato-Braconnier, l’organisateur de cette journĂ©e de dĂ©tente et de culture. 

Nicole
Photos Nicole et RenĂ© 
 

les traces jacquaires autour de Charcenne (70) - mai 2018
En marge du Chemin de Compostelle autour de Charcenne et ses traces jacquaires....

CĂŽtoyer le Chemin de Compostelle et dĂ©couvrir le patrimoine jacquaire entre Autoreille et Avrigney, voilĂ  l’objectif de cette balade du 20 mai qui a emmenĂ© 18 personnes sur une boucle d’environ 18 kms.

AprĂšs la visite de l’église d’Autoreille au dĂ©part, ouverte pour la circonstance et la dĂ©couverte du lavoir du village avantageusement restaurĂ©, le groupe se dirige Ă  travers prĂ©s et vignobles vers le village de Charcenne, blotti au fond d’un vallon, et bien connu pour ses deux belles entreprises la fromagerie Milleret et l’activitĂ© touchant Ă  la production de cĂ©pages vendus dans le monde entier.

Mais, moins connues, de belles surprises nous attendent avec le modeste oratoire Saint Jacques Ă©rigĂ© au XIXĂšme siĂšcle dans le haut du village au lieudit ’’Corne Jacques’’ Ă  l’intĂ©rieur duquel une niche creusĂ©e dans une pierre accueillait une statue de pĂšlerin. Nous retrouvons cette belle statue, bien restaurĂ©e et protĂ©gĂ©e dans une famille de Charcenne oĂč nous sommes accueillis chaleureusement pour la dĂ©couvrir. Il s’agit d’une statuette populaire en pierre locale monolithe, estimĂ©e de l’époque XVIĂšme siĂšcle (?). Le groupe est Ă©videmment Ă©mu de dĂ©couvrir ce tĂ©moignage du passĂ© qui est parvenu jusqu’à notre Ă©poque quasiment intact prouvant que la dĂ©votion Ă  Saint Jacques Ă©tait bien prĂ©sente dans nos campagnes.


Au passage, nous apprenons que dans le cimetiĂšre qui surplombe le village oĂč a Ă©tĂ© prĂ©servĂ©e l’ancienne Ă©glise du village, classĂ©e par les affaires culturelles et dont certains beaux vestiges notamment l’arc triomphal date du XIIĂšme siĂšcle, se trouve la tombe du grand-pĂšre de Johnny Halliday oĂč des fans viennent parfois retrouver les traces du chanteur.
La traversĂ©e du village nous permet de dĂ©couvrir au passage les façades rustiques des maisons de vignerons, ainsi que le chĂąteau de Charcenne, imaginant l’activitĂ© agricole et l’animation intense qui rĂ©gnait dans le village qui abritait dans le passĂ© pas moins de de 900 Ăąmes.
Le tracĂ© du chemin emprunte sur environ 2 kms l’ancienne voie ferrĂ©e du tramway qui reliait Marnay Ă  Gray pour le transport des voyageurs et des marchandises. Il longe la riviĂšre la Colombine qui prend sa source Ă  environ 2 kms de Charcenne. 
C’est en amont de cette source ou plutĂŽt des 3 sources qui portent le nom de Leffond qu’est situĂ©e la chapelle Notre Dame de Leffond dont l’origine remonte au XIIĂšme siĂšcle. Sa dĂ©couverte par le groupe, au milieu d’un prĂ© couvert de fleurs, est une vraie surprise, tant son harmonie architecturale, son intĂ©gration dans ce cadre champĂȘtre et dans le passĂ© sont surprenantes. Elle abrite de nombreuses statues classĂ©es au Patrimoine mais surtout une statue de Saint Jacques le Majeur datĂ©e du XVIIĂšme siĂšcle en calcaire blanc de trĂšs belle rĂ©alisation artistique et bien conservĂ©e. (Voir la description en rubrique Chemin Histoire du site de l’AFCCC). (La chapelle est ouverte Ă  la visite tous les dimanches et jours fĂ©riĂ©s de 15h Ă  17h du 1er mai au 30 septembre ainsi que pour la journĂ©e du patrimoine).

Nous quittons Ă  regret ce lieu, vĂ©nĂ©rĂ© par les habitants de Charcenne, pour cheminer vers le village d’Avrigney quelques kilomĂštres plus loin, par l’ancienne voie ferrĂ©e. Nous y attendent, Claudine et Françoise pour la visite de l’église qui abrite notamment un beau retable et une statue de Saint Roch du XVIIIĂšme siĂšcle en habit de pĂšlerin Romieu.
Sur une table improvisĂ©e dressĂ©e Ă  cĂŽtĂ© de l’église nous prenons le repas avant de visiter le village riche de belles et anciennes maisons, d’une mairieÂŹlavoir et d’un four banal trĂšs bien conservĂ©s.
Nous revenons Ă  Autoreille en empruntant le Chemin de Compostelle qui relie ce village Ă  Marnay par un beau parcours forestier avant de se quitter, la tĂȘte ‘’pleine’’ de ces riches dĂ©couvertes, et heureux de cette belle journĂ©e trĂšs ensoleillĂ©e oĂč ont rĂ©gnĂ©s le partage et la convivialitĂ©. 
 
Jacques Sutter
En marge du chemin de Compostelle, autour de Charcenne et ses traces jacquaires
Texte et illustrations de la randonnée du 20 mai 2018
 

Autour de l'abbaye d'Acey - avril 2018
Ce dimanche 15 avril, c’est avec la promesse d’une belle journĂ©e que nous nous sommes retrouvĂ©s Ă  21 aux abords de la fontaine de Taxenne ainsi que dans la cour de la ferme de M Duvernois que nous remercions. Nous avons eu le plaisir de retrouver les marcheurs habituels et aussi de nouveaux participants. Merci Ă  tous pour leur venue.

Empruntant le chemin du circuit des Monts de Vassange ou circuit du Bermont, nous sommes arrivĂ©s au lieu-dit « le Maquis de Saligney ». Une stĂšle au sommet du mont rappelle l’histoire douloureuse de cette section de maquisards crĂ©Ă©e en 1944 dont 22 d’entre eux furent tuĂ©s et d’autres dĂ©portĂ©s. Jacques nous apporte son tĂ©moignage qu’il tient de son pĂšre qui a vĂ©cu ces faits. Bernadette, hĂ©bergeuse Ă  Thervay, complĂšte ce rĂ©cit par l’histoire de Thervay oĂč un habitant fut tuĂ© et 25 maisons incendiĂ©es par l’occupant allemand le 8 septembre 1944.

Petite pause-cafĂ© en grimpant Ă  travers les pelouses sĂšches parsemĂ©es d’orchidĂ©es du Bermont. Nous avons ici un point de vue sur les villages et paysages de la Serre. Cette premiĂšre pause permet de faire connaissance, d’échanger.

A travers bois, nous arrivons Ă  Ougney dont les habitants ont gardĂ© le nom de « culs fouettĂ©s » depuis le XVĂšme siĂšcle. A l’entrĂ©e du village, la croix du Four, l’une des 43 croix pattĂ©es rĂ©pertoriĂ©es dans la Serre. DiffĂ©rentes explications sont donnĂ©es quant Ă  l’origine du nom de ces croix. Daniel suggĂšre que c’est au pied de ces croix que les pĂšlerins mangeaient leur pĂątĂ©. Jacques pense que c’est plutĂŽt dĂ» Ă  la forme de leurs branches Ă©vasĂ©es. A suivre donc


AprĂšs un passage en bordure de route nous apercevons l’abbaye d’Acey. Sur ces chemins calmes, Ă  chacun son rythme. Surprise ! En arrivant, nous sommes accueillis par Françoise et Claudine devant la salle oĂč nous allons partager l’apĂ©ritif qu’elles ont apportĂ©. A la fin du repas, un imposant far breton fait par Martine ainsi que des gĂąteaux ont vite trouvĂ© preneurs. Un grand merci Ă  Claudine et Françoise pour cette belle surprise.

L’abbaye d’Acey, que tous les pĂšlerins sur le chemin franc-comtois connaissent, est un lieu de priĂšre et de recueillement, monastĂšre cistercien de Franche- ComtĂ©. Il est occupĂ© par une communautĂ© monastique. L’hĂ©bergement des pĂšlerins y est possible (8 personnes). A la fin du repas, frĂšre Benoit est venu partager ce moment de convivialitĂ©. Il nous a dĂ©crit le pĂšlerinage d’Einsiedeln, en Suisse, que des milliers de Franc-Comtois ont dĂ©jĂ  fait et c’est aprĂšs une derniĂšre photo de groupe avec lui que nous nous sommes remis en route.

Sur le chemin de Compostelle, direction Marnay, nous nous arrĂȘtons Ă  l’oratoire de la Vierge du Bois. De passage Ă  Vitreux, nous faisons une petite halte Ă  la fontaine rue du quartier Latin. Puis retour Ă  Taxenne par le sentier des vignes.
C’est avec le plaisir d’avoir vĂ©cu une belle journĂ©e que chacun se sĂ©pare.

Catherine et Paul Courtoisier
Photos : René Michaux et Daniel Blivet
 

La boucle de Réchésy (90) - 18 mars 2018
MalgrĂ© une mĂ©tĂ©o hivernale (5 cm de neige et - 4°), quatre couples de courageux, l’un d’eux venant de Vesoul, sont partis du parking de la salle polyvalente de RĂ©chĂ©sy aux environs de 9 h 20 pour parcourir une partie de la boucle de RĂ©chĂ©sy.

Passage aux bornes des trois puissances, un court arrĂȘt pour consulter l’historique du lieu et profiter du trĂšs bel abri Ă©rigĂ© par nos amis Suisses.
Suite du chemin par les champs et les bois, nous découvrons les nombreux étangs de cette partie du Sundgau.
Second arrĂȘt aux monuments Ă  la mĂ©moire des combattants de la 5eme DB et du 152Ăšme RI ainsi que d’autres ayant combattus lors de la guerre « 39/45 ».
AprĂšs cette nouvelle pause nous repartons vers un Ă©tang dotĂ© d’un abri avec tables et chaises pour le casse-croĂ»te tirĂ© du sac. Joyeuse ambiance et observation de nombreux oiseaux venant picorer dans une mangeoire alimentĂ©e par le propriĂ©taire de l’étang.

13 h 30 sonne l’heure du dĂ©part pour la derniĂšre Ă©tape de cette belle balade en empruntant le tracĂ© de l’ancienne ligne du tramway (le tacot) reliant Belfort Ă  RĂ©chĂ©sy. Passage devant l’abri construit pour les randonneurs parcourant le GRE05 et retour au point de dĂ©part.

18,5 km parcourus ; merci Ă  Daniel et Nicole, Ă  Martine et RenĂ©, Ă  Bernadette et Jacques et Ă  Brigitte qui m’ont accompagnĂ© sur ces chemins enneigĂ©s. 

Jacquy Turinetti
Photos RenĂ©, Daniel et Nicole 
 

Dans le secteur de Beaucourt (90) - février 2018
C’est dans un paysage recouvert de son manteau blanc que neuf randonneurs se sont retrouvĂ©s Ă  Beaucourt, dimanche 18 fĂ©vrier, pour parcourir le sentier des passeurs. 

DĂ©part de la ferme des champs Houdin. Marie-France nous raconte l’histoire du sentier des Passeurs : « Pendant la seconde guerre mondiale, LĂ©on Egger acheminait en Suisse par ces sentiers, souvent la nuit, les personnes recherchĂ©es par l’occupant. Les fugitifs Ă©taient ensuite pris en charge par un rĂ©seau suisse une fois les bornes frontiĂšres passĂ©es.»
Tout en admirant les diffĂ©rents paysages, Guy nous contait le destin original et peu commun de cette principautĂ© de MontbĂ©liard, comtĂ© fĂ©odal fondĂ© en 1042 par l’empereur germanique Henri III puis passĂ© dans le giron de la famille Wurtenberg. La principautĂ© rejoint la RĂ©publique Française en 1793.
En direction de Croix nous faisons une incursion en Suisse en suivant les nombreuses bornes dites « Ă  vue ». Bornes dont la face cĂŽtĂ© Suisse est gravĂ©e de l’ours du canton de Bern, l’autre face cĂŽtĂ© français est gravĂ©e de la fleur de Lys. 
Avant Croix, nous passons prĂšs des fermes « du Paradis » et « du Purgatoire », lieux de rassemblement et de passage pour les fugitifs. Dans une campagne enneigĂ©e, nous dĂ©rangeons quelques chevreuils avant de rejoindre Saint-Dizier l’EvĂȘque et sa fontaine aux fous. Nous visitons la crypte oĂč repose une relique de Saint Dizier.
Retour au point de dĂ©part Ă  travers de belles forĂȘts.
  
OrganisĂ©e par Marie-France Martin et Nicole Ridey, cette sortie fut riche en histoire dans un beau paysage enneigĂ©. Et la tempĂ©rature, trĂšs frisquette, n’a pas empĂȘchĂ© les marcheurs de partager de bons moments.

Paul Courtoisier 
 

Le chemin de Compostelle de Phaffans Ă  Essert (90) - janvier 201...
InespĂ©rĂ© ! Dans le dĂ©luge des jours passĂ©s, une accalmie ce 21 janvier ! C’est donc d’un pas lĂ©ger (sauf pour les deux « claudiquant » du jour, RenĂ© et Daniel) que nous avons pris le chemin de Compostelle de Phaffans Ă  Essert, inconnu de la plupart des marcheurs de ce dimanche. Oui, oui, on peut habiter la Franche-ComtĂ©, ĂȘtre adhĂ©rent Ă  l’af-ccc et ne pas connaĂźtre ce parcours apprĂ©ciĂ© des Allemands, des Alsaciens qui le parcourent en nombre toujours croissant ! AprĂšs avoir regrettĂ© que l’église de Phaffans, fermĂ©e, ne permette pas la dĂ©couverte de sa statue de Saint-Roch, ou Saint-Wandelin selon l’ancien curĂ© de la paroisse Jean-Marie Baertschi, ni celle de la fameuse fresque de Compostelle rĂ©alisĂ©e par Marie-CĂ©cile Chevalley, mise Ă  l’abri durant la saison hivernale, nous avons suivi les balises Ă  la coquille. Nous nous sommes Ă©tonnĂ©s d’un groupe de quatre cigognes pataugeant en terrain inondĂ© puis d’un amas de ferrailles Ă  l’abandon. Quelques chemins trĂšs spongieux plus tard, la stĂšle du maquis de ChĂ©rimont rappelant le souvenir de tant de jeunes vies fauchĂ©es durant le dernier conflit mondial nous a Ă©mus. Un chasseur, troublĂ© par notre approche, a ratĂ© son tir : Nous avons suivi des yeux le sanglier qui dĂ©talait Ă  toute vitesse pour Ă©chapper aux chiens lancĂ©s Ă  sa poursuite. Petite grimpette allĂ©grement franchie, nous arrivons Ă  la Tour de la Miotte qui offre un panorama splendide sur la ville de Belfort et les Vosges enneigĂ©es. La pause Ă  la Maison Saint-Denis, aimablement ouverte par les SƓurs de l’Alliance, fut l’occasion, une fois nos sandwiches avalĂ©s, de partager moult pĂątisseries, Suisse ou cake au citron bio. Et bien sĂ»r, de deviser gaiement. Il ne restait plus qu’à parcourir le centre ancien de Belfort, tourner la tĂȘte pour apercevoir le cĂ©lĂšbre Lion, rejoindre le quartier des RĂ©sidences avant d’atteindre le Parc de la Douce puis arriver Ă  Essert. Juste avant que des gouttes se mettent Ă  tomber ! Belle journĂ©e, vraiment, apprĂ©ciĂ©e de tous ses participants qui souhaitent la poursuite de la dĂ©couverte du chemin de Compostelle franc-comtois. 

Nicole 
Photos Nicole et Daniel 
 

Les LumiÚres de Noël à Montbéliard (25) - décembre 2017
Samedi 16 dĂ©cembre, rares ont Ă©tĂ© les adhĂ©rents Ă  profiter de la derniĂšre sortie de l’annĂ©e Ă  MontbĂ©liard. Les quelques marcheurs du jour ont apprĂ©ciĂ© une mĂ©tĂ©o plus clĂ©mente que les pronostics moroses annoncĂ©s. Ils ont cheminĂ© dans la ville et ses environs proches avec une incursion dans le Stade Bonal, avant de pouvoir arpenter les allĂ©es surpeuplĂ©es du cĂ©lĂšbre marchĂ© de NoĂ«l brillamment illuminĂ©. Place maintenant aux sorties 2018 avec un programme renouvelĂ© !

Nicole et Daniel


Dans la vallée de la Loue (25) - novembre 2017
La randonnĂ©e mensuelle de novembre, dimanche 19, a conduit les marcheurs du jour, guidĂ©s par Jean Cheviet et Danielle Brun-Vaunier, dans la vallĂ©e de la Loue. Au dĂ©part de Chenecey-Buillon, la petite troupe, chaudement vĂȘtue, a attaquĂ© gaillardement la montĂ©e au-dessus du Grand MĂ©andre, a dĂ©couvert les ruines du chĂąteau de Charencey datant vraisemblablement des IXe et Xe siĂšcles. Les marcheurs se sont laissĂ© envahir par la poĂ©sie nostalgique de ces magnifiques paysages automnaux sous la brume. Et ont gardĂ© tout au long du jour le sourire pour partager ce moment de rencontre et d’amitiĂ©.
 

Autour du Mont Salbert (90) - octobre 2017
Dans le Territoire de Belfort, le Mont Salbert, qui culmine à 630 mÚtres, est le premier ballon au sud des Vosges. Il domine la ville de Belfort et sa trouée.
Ce dimanche 15 octobre, nous nous sommes donnĂ© rendez-vous Ă  Essert, village d’environ 2700 habitants, proche de la Haute-SaĂŽne par laquelle nous allons aborder le Salbert. Nous emprunterons d’abord le Chemin de Compostelle qui nous conduira Ă  Buc, avant de rejoindre la Haute-SaĂŽne Ă  ChĂąlonvillars.

Il fait encore un peu frais ce matin sur la place de la mairie et nous dĂ©marrons tous les douze dans la bonne humeur. Nous passons devant l’église, qui se caractĂ©rise par son absence d’horloge, puis arrivons au lavoir dans le bas du village. La riviĂšre souterraine qui l’alimente est Ă  sec.
Nous grimpons ensuite Ă  Notre Dame du VƓu, chapelle trĂšs bien fleurie par un habitant du village. Dans le cahier, nous voyons que trois pĂšlerins sont passĂ©s en octobre. Je raconte au groupe l’histoire de la chapelle, Ă©rigĂ©e car le village fĂ»t Ă©pargnĂ© durant la premiĂšre guerre mondiale. TouchĂ©e par un tir allemand en 1944, nous cherchons en vain le trou de balle dans la porte !
Peu de temps aprĂšs, nous arrivons Ă  l’ouvrage de la CĂŽte d’Essert, fort trapĂ©zoĂŻdal, entiĂšrement sous la roche. Il a Ă©tĂ© construit vers 1890 au cas oĂč le fort du Mont Vaudois ne tiendrait pas face Ă  l’assaut de l’ennemi venant de Langres.
Nous progressons en forĂȘt quand soudain, nous nous retrouvons au milieu d’une battue et de chasseurs qui rappellent alors leurs chiens. Au sortir du bois, nous arrivons Ă  Buc, encore dans le Territoire et Antoine me demande si je ne me suis pas trompĂ©e de chemin : en effet, depuis le dĂ©but on ne fait que s’éloigner du Salbert 


Partis Ă  9 h, il est dĂ©jĂ  11 h et nous ne sommes pas encore arrivĂ©s Ă  ChĂąlonvillars oĂč RenĂ© nous attend avec le ravitaillement : cafĂ©, jus de pomme, gĂąteaux. On commence Ă  avoir faim. La tempĂ©rature grimpe et nous quittons les pulls. RequinquĂ©s, nous traversons le canal de la Haute-SaĂŽne Ă  ChĂąlonvillars. Il fait bon, le groupe avance en profitant de la douceur de cette belle journĂ©e d’automne.
Nous montons au Petit Salbert, passons prÚs des premiÚres casemates, et sommes impressionnés par des piles de bois qui bordent le chemin.
A 13 h, nous arrivons au sommet du Salbert, certains affamĂ©s. Nous nous installons sur deux tables de pique-nique, l’une au soleil, l’autre Ă  l’ombre. Commence alors une navette entre les deux tables pour partager vin de Bierzo ou de Rioja, madeleines de Catherine et far breton.
Nous profitons du soleil. Nous sommes bien tous ensemble.

AprĂšs le repas, nous montons aux tables d’orientation, et admirons le paysage : au nord, la plaine de Chaux, l’étang du Malsaucy, le Ballon d’Alsace et la Planche des Belles Filles ; au sud, l’agglomĂ©ration de Belfort, le chĂąteau et son Lion, plus loin le Jura et, dans la brume, quelques dents des Alpes ; Ă  l’ouest, la butte d’Etobon et la Chapelle de Ronchamp.

Il est bientĂŽt l’heure de redescendre, nous immortalisons notre passage par une photo sous les feuillages dorĂ©s. Nous passons en sous-bois et nous nous arrĂȘtons pour voir de magnifiques chevaux. Dans la combe qui nous ramĂšne Ă  Essert, nous rencontrons des adeptes de flĂšche polynĂ©sienne. Antoine s’exerce Ă  ce jeu qu’il a pratiquĂ© Ă©tant enfant.
Pour moi, l’organisation d’une randonnĂ©e Ă©tait une premiĂšre. J’ai passĂ© une trĂšs belle journĂ©e avec ce groupe sympathique et je remercie tous les participants, certains venus de trĂšs loin.

Martine, photos René

 

Visite, pique-nique et jeux Ă  Vellevans (25) - juin 2017
Une rĂ©flexion des membres du conseil d’administration, menĂ©e dĂšs 2016, a abouti Ă  cette constatation : une journĂ©e de marche mensuelle, c’est bien. Mais quid des membres qui ne peuvent, pour de multiples raisons, faire une randonnĂ©e de 15 Ă  25 km ? Ou de ceux qui sont souvent pris par leurs proches, leurs petits-enfants ? 

Un dimanche rĂ©crĂ©atif, avec invitation aux adhĂ©rents et Ă  leurs familles fut ainsi programmĂ© pour le 25 juin. Danielle Brun-Vaunier s’est mise en chasse d’une salle, au cas oĂč la mĂ©tĂ©o ne serait pas favorable, et d’un habitant connaisseur de son village, pouvant apporter un Ă©clairage culturel Ă  la manifestation. La commune de Vellevans a pu rĂ©pondre Ă  notre souhait. 

Une vingtaine d’adhĂ©rents s’est montrĂ©e intĂ©ressĂ©e et nous avons eu le plaisir d’accueillir parmi eux quelques membres peinant actuellement, en effet, Ă  marcher sur de longues distances. AprĂšs le cafĂ© d’accueil, la petite troupe, Ă  la suite de nos guides vellevanais Daniel et son Ă©pouse Patricia, s’est mise en route pour le tour commentĂ© et passionnant de Vellevans, avec ses cinq lavoirs du 18Ăšme siĂšcle, l’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul et ses forĂȘts. Antoine Robin apporta alors un Ă©clairage averti sur la gestion de la forĂȘt française Avec verve, photos et archives Ă  l’appui, nos guides nous ont Ă©galement fait dĂ©couvrir le passĂ© artisanal du village, centre important de fabrication de canettes destinĂ©es Ă  l’industrie textile. L’apĂ©ritif offert par notre association, puis les saucisses, brochettes, salades et desserts apportĂ©s par chacun ont comblĂ© tous les appĂ©tits. Un quizz «Compostelle » vivement menĂ© (et dotĂ© de lots de valeur comme jetons caddies, tours de cou ou foulard !), a permis d’apprendre ou de rappeler quelques Ă©lĂ©ments historiques, gĂ©ographiques ou culturels des voies jacquaires. Place fut ensuite donnĂ©e Ă  la dĂ©tente avec le chamboule-tout apportĂ© par Marie-Laure. Les participants ont rivalisĂ© d’adresse pour mettre Ă  terre les bidons colorĂ©s.

Ce fut une belle journĂ©e. Les organisateurs auraient cependant Ă©tĂ© heureux d’une participation plus soutenue. Mais les adhĂ©rents prĂ©sents Ă©taient enchantĂ©s et chacun est reparti avec le sourire.

Nicole Blivet
Photos Daniel et Nicole Blivet
 

La vallée du Cusancin (25) - mai 2017
C’est une randonnĂ©e haute en couleurs qu’a proposĂ© Jacques Dato-Braconnier, dimanche 21 mai. Exceptionnellement il avait abandonnĂ© les paysages vosgiens qu’il affectionne pour faire dĂ©couvrir Ă  notre groupe les beautĂ©s de la vallĂ©e du Cusancin dans le Doubs. 

Nous avons commencĂ©, au dĂ©part de Guillon-les-Bains, par une longue montĂ©e boisĂ©e, foulĂ© des prairies piquetĂ©es du bleu des myosotis, puis continuĂ© parmi les orchidĂ©es mauves ou dorĂ©es. Nous avons admirĂ© sous toutes ses faces la croix sculptĂ©e de Saint-Ermenfroi avant de rejoindre le belvĂ©dĂšre oĂč se dresse la chapelle du mĂȘme saint, construite en 1878 Ă  l’endroit du chĂąteau dĂ©mantelĂ© en 1482. C’était dĂ©jĂ  l’heure du pique-nique ! Salades et sandwiches furent apprĂ©ciĂ©s et les douceurs, vin blanc, vin rouge, brioches, gaufrettes maison, partagĂ©es dans une ambiance amicale et dĂ©tendue. Le lieu saint du compagnon de Saint-Colomban s’y prĂȘtant, Antoine entonna un chant en l’honneur de la Vierge Marie. Ce qui plongea notre groupe dans une atmosphĂšre soudain recueillie. Puis, descendus du promontoire et penchĂ©s sur la source bleue, ce jour-ci plutĂŽt verte, puis sur la source noire, berceau du Cusancin, Ă©galement verte, GeneviĂšve concluait : « c’est un vĂ©ritable arc-en-ciel ». Nous fĂ»mes ensuite attentifs Ă  longer prudemment, en file indienne, une petite route avant de nous enfoncer de nouveau dans les forĂȘts parfumĂ©es Ă  l'ail des ours. Les connaisseurs en flore nous dĂ©voilĂšrent les noms des espĂšces rencontrĂ©es. Un nouveau belvĂ©dĂšre, une vue admirable sur la vallĂ©e plus loin, nous avons atteint le village de Montivernage et ses immenses maisons typiques aux linteaux armoriĂ©s et datĂ©s. 

Tous revigorĂ©s par cette balade splendide, une des marcheuses constatait : « ce matin je n’avais pas trop le moral, maintenant, je suis en pleine forme », et une autre renchĂ©rissait : « j’avais le rhume, cet aprĂšs-midi je respire ! ». Merci Ă  Jacques pour l’organisation de la journĂ©e et la conduite des 23 participants du jour, conquis par ce site splendide. 

Nicole Blivet
Photos : Jacques Dato-Braconnier , René Michaux, Nicole Blivet
 

Balade au coeur de la forĂȘt de l'Arne (Gendrey 39) - avril 2017

● Nous sommes 14 Ă  emboĂźter le pas de Serge qui nous met sur le droit chemin, direction les bois de la forĂȘt de l’Arne, entre la forĂȘt de la Serre et la forĂȘt de la Chaux, massifs du Jura les plus feuillus de France qui couvrent 360 hectares de forĂȘts ombragĂ©es par les plus beaux hĂȘtres et les plus robustes chĂȘnes de toute la France. Ă€ travers bois et champs il fait beau pour aller dĂ©couvrir cette forĂȘt. Nous nous engageons dans la lisiĂšre de cette magnifique forĂȘt, par de beaux sentiers entrecoupĂ©s par quelques parties un peu plus boueuses, pas d'incident. Pour ces traversĂ©es, le soleil  de cette belle semaine d’avril au doux sourire a essuyĂ© bois et prairies, les feuillages naissants, la flore sauvage en rose, jaune, violet et bleu, le colza Ă©clatant, nous sĂ©duisent, les amoureux de la nature Ă  la recherche de calme et sĂ©rĂ©nitĂ© ou simplement curieux ont le cƓur en fĂȘte


Au loin un  troupeau d’une vingtaine de  vaches affolĂ©es arrivent bride abattue dans notre direction
 Nous entendons les hurlements du fermier juchĂ© sur un quad lancĂ© Ă  toute vitesse « Sauvez-vous, sauvez-vous, vous leur faites peur ! », mĂ©dusĂ©s nous partons dans tous les sens, certains dans les labourĂ©s, 
d’autres dans le champ de colza. Mais qu’est-ce donc cette panique pour leur faire emprunter un couloir spĂ©cialement amĂ©nagĂ©  afin de  les emmener brouter dans le parc voisin? Remis de nos Ă©motions, nous entamons une route particuliĂšrement frĂ©quentĂ©e. Éric nous donne les consignes de sĂ©curitĂ© tout comme il le fera plusieurs fois le long du parcours. Toujours dans les bois et toujours par des chemins creux nous dĂ©nichons le chĂȘne de Montfand ĂągĂ© de 330 ans environ, 35 mĂštres de haut : 1.79m de diamĂštre (Ă  1,50m du sol) avec ses 10 mĂštres de fĂ»t avant la premiĂšre branche. Le chĂȘne est la base de cette forĂȘt, chĂȘnes rouvres et chĂȘnes pĂ©donculĂ©s, chĂȘnes rouges d’AmĂ©rique puis hĂȘtres, bouquets de pins sylvestres, charmes, trembles, bouleaux, sous-bois aux genĂȘts Ă  balais, des fougĂšres
 Assis sur un banc, nous dĂ©gustons le chocolat et la brioche offerts par Jeanne. Dans ce massif de grande superficie, les oiseaux jouent de leur mĂ©lodie en donnant des frissons aux charmilles, le printemps vient fleurir le temps en nous caressant la peau et nous faire sourire.

Nous repartons Ă  travers bois, il est midi et
les estomacs commencent Ă  crier famine. Un talus un peu amĂ©nagĂ© fera l'affaire, tout le monde trouve sa place. Qui Ă  l’ombre ? Qui au soleil ? Qui sur le tronc moussu ? En toile de fond toujours l’oiseau dont le chant s’accĂ©lĂšre, le vif Ă©clat des jours d’allĂ©gresse et les rouges rayons du soleil lançant une lumiĂšre Ă©parse et dĂ©colorĂ©e qui ruisselle sur les branches. Les agapes s’éternisent, beau moment de partage avec le cafĂ© et les pĂątisseries. C’est l’heure de repartir, au dĂ©tour d’un chemin nous apercevons une cabane de chasse puis par un dernier chemin ombragĂ© et rafraĂźchissant et aprĂšs 14 km et quelques dĂ©tours nous sommes de retour aux voitures. J’espĂšre que les participants ont passĂ© un agrĂ©able moment dans cette belle forĂȘt de l’Arne.
Merci Ă  Serge et Isabelle, les organisateurs.


Jeanne Sanchez
Photos : Éric Pape

 

Sur le secteur de Fretigney-et-Velloreille (70) - mars 2017

Ce matin du dimanche 19 mars, le temps est maussade, et je dois me motiver car il me faudra faire deux heures de route pour me rendre sur le lieu de rendez-vous de cette randonnĂ©e mensuelle. Mais quelle joie en arrivant sur la petite place de la mairie des BĂąties (commune de Haute-SaĂŽne de 79 habitants - sources INSEE de 2014) de retrouver Nadine, l’organisatrice entourĂ©e de 18 marcheurs, tous de bonne humeur et qui ont eux aussi bravĂ©s le temps et les routes de bonne heure.

Le dĂ©part s’effectue sous une petite pluie depuis la commune des BĂąties en direction du lieu-dit “Les Cordes” situĂ© sur la commune voisine de La Vernotte. En traversant le petit village de La Vernotte, nous nous arrĂȘtons chez un certain Jean Bise (un charmant monsieur) qui fabrique des produits artisanaux. LĂ , nous avons tous eu droit Ă  une dĂ©gustation de boules Ă©nergisantes aux effets incroyables ! Nous repartons tous gais comme des pinsons et toujours dans ce mĂȘme village, nous croyons apercevoir des poules qui font du vĂ©lo ! Certainement un effet secondaire des boules Ă©nergisantes de notre ami Jean Bise. Puis, nous poursuivons en direction du lieu-dit “Les Sept Fontaines” (lieu-dit faisant partie lui aussi de la commune de La Vernotte). Nous poursuivons ensuite en direction du village de Vezet, et nous entamons enfin la traversĂ©e du Bois de Talmay pour arriver Ă  l'abbaye de Neuvelle-lĂšs-la CharitĂ©. Un lieu magnifique, chargĂ© d’histoire.

☞ Quelques mots sur l’abbaye Notre-Dame-de-la-CharitĂ© :
C’est une abbaye cistercienne d’hommes fondĂ©e en 1133 et disparue en 1791. Elle Ă©tait situĂ©e sur la commune actuelle de Neuvelle-lĂšs-la-CharitĂ©, dans la Haute-SaĂŽne, alors dans le diocĂšse de Besançon. Fille de l'abbaye de Bellevaux, donc petite fille de Morimond, elle s'est dĂ©veloppĂ©e grĂące Ă  des protections Seigneuriales mais a subi les malheurs de la rĂ©gion : elle a Ă©tĂ© dĂ©vastĂ©e en particulier par Louis XI dans sa guerre contre le duc de Bourgogne,  puis en 1569 au temps des guerres de religion ou encore pendant la guerre de Dix Ans au moment de la conquĂȘte de Franche-ComtĂ© par l'armĂ©e du roi Louis XIII. PillĂ©e Ă  la RĂ©volution, l'abbaye Notre-Dame-de-la-CharitĂ© est vendue comme bien national. Beaucoup de bĂątiments sont alors dĂ©molis et la maison abbatiale est remplacĂ©e par un chĂąteau entourĂ© d'un jardin classique.
(sources : WikipĂ©dia)

C’est donc dans la cour du chĂąteau, aimablement prĂȘtĂ©e par les propriĂ©taires, et Ă  l’abri, que chacun tirera de son sac son repas. Et bien-sĂ»r, comme toujours, ce fĂ»t un moment fort agrĂ©able, chacun racontant ses anecdotes. Avec, cette fois-ci un temps bien meilleur, nous repartons en traversant le Bois de l’Abbaye, pour aboutir sur la route reliant le bourg de FrĂ©tigney-et-Velloreille aux BĂąties. ArrivĂ©s Ă  notre point de dĂ©part, chacun se dit au revoir en se donnant rendez-vous pour la prochaine randonnĂ©e qui aura lieu le 19 avril dans le Jura.

Christine Gallezot
Photos : Danielle Voilly

 

Sur le secteur de Moissey (39) - février 2017

C’est par une tempĂ©rature un peu fraiche mais un ciel trĂšs dĂ©gagĂ© que nous nous retrouvons sur la place de Moissey. 22 personnes sont prĂ©sentes, venant de tous les dĂ©partements limitrophes. EmmenĂ©s par GĂ©rard Thirion qui connaĂźt bien le secteur, nous partons en direction d’Offlanges. À l’entrĂ©e du village, nous bifurquons Ă  droite, tout en admirant la premiĂšre croix pattĂ©e qui caractĂ©rise le secteur. Exceptionnellement, nous sommes autorisĂ©s Ă  entrer dans carriĂšre et Ă  en faire le tour. Le site est impressionnant, entourĂ© de grandes falaises, ce qui dĂ©montre que l’exploitation date de bien longtemps. PremiĂšre grimpette dans le massif de la Serre puis descente et remontĂ©e vers la grotte de l’Hermitage, passage incontournable dans le secteur. Nous nous dirigeons ensuite vers la croix Boyon qui est aussi trĂšs renommĂ©e aux alentours. Descente par le chemin de Compostelle mais dans le sens inverse, ce qui demande beaucoup d’attention pour ne pas se perdre. Avec l’ambiance habituelle, pleine de bonne humeur, nous nous sommes dĂ©concentrĂ©s et nous voilĂ  Ă©garĂ©s en deux groupes


La faim nous tenaille avec nos 13 km dans les jambes, mais enfin nous retrouvons la salle du Caveau bien chauffĂ©e et sortons notre pique-nique dans une ambiance toujours animĂ©e. L’aprĂšs midi nous conduit sur le sentier du Tacot. Joli parcours sur une ancienne voie ferrĂ©e reliant Pesmes Ă  Dole. Passage Ă  Frasne les MeuliĂšre puis nous montons sur le Mont Guerin qui culmine Ă  322 mĂštres, et nous fait dĂ©couvrir un oratoire avec une superbe vue sur le Val de SaĂŽne.

Retour sur Moissey vers 16h30. 
Nous avons parcouru 19 km avec un temps magnifique quasiment printanier.

Danielle Voilly
Photos : Danielle Voilly

 

Randonnée des LumiÚres à Montbéliard (25) - décembre 2016

Ce samedi 17 dĂ©cembre l’affluence Ă©tait Ă©norme dans les rues de MontbĂ©liard Ă  l’occasion de la RandonnĂ©e des LumiĂšres. Soyons francs, ce ne sont pas les membres de l’Af-ccc qui avaient envahi le  parcours !  Mais un petit groupe de notre association a parcouru Ă  un rythme de promenade le circuit d’une dizaine de kilomĂštres qui a conduit du coeur historique de la ville aux rives du Doubs puis Ă  l’intĂ©rieur du stade de Sochaux. Une dĂ©couverte pour la plupart d’entre nous, venus des environs proches : Beaucourt, Belfort, Blamont, HĂ©ricourt, ou un peu plus lointains : Besançon, Filain, Marnay, Villars-Saint-Georges
. Les illuminations ont accompagnĂ© les marcheurs jusqu’à la salle de la RoseliĂšre oĂč le groupe, dispersĂ© durant un moment parmi la foule, s’est retrouvĂ© autour d’un sympathique plateau-repas. Heureux de ce moment de partage et de discussions agrĂ©ables, nous avons ainsi clĂŽturĂ© une annĂ©e de balades 2016 avec ses frĂ©quentations en demi-succĂšs et ses belles rĂ©ussites. Il ne reste qu’à souhaiter que le programme 2017 voie de nouveaux adhĂ©rents rejoindre les sorties, toujours placĂ©es sous le signe de la bonne humeur et du plaisir de la rencontre.

Nicole
 Blivet

 

Autour de La Vingeanne par Fontaine-Française - Novembre 2016
Sortir des sentiers battus et se retrouver aux confins de notre belle Franche-ComtĂ©, voilĂ  l’objectif de cette journĂ©e de randonnĂ©e pour laquelle 17 personnes sont venues au dĂ©part de Fontaine-Française (CĂŽte-d’Or) la bien nommĂ©e, dĂ©pendante du duchĂ© de Bourgogne et de la Couronne française du temps oĂč la Franche-ComtĂ© Ă©tait sous domination espagnole.
Bien qu’il ait fallu se cramponner Ă  ses bĂątons de marche pour ne pas s’envoler Ă  cause des violentes bourrasques, nous avons eu le bonheur de parcourir les 18 km pour dĂ©couvrir cette belle rĂ©gion sans pluie et mĂȘme avec un peu de soleil et une douce tempĂ©rature.
Peu aprĂšs Fontaine-Française, et son Ă©glise du XIVe, nous arrivons sur le lieu de la bataille du mĂȘme nom, le 5 juin 1595, qui a Ă©tĂ© le thĂ©Ăątre d’un affrontement entre les troupes du bon roi Henri IV (3 000 hommes) et celles de l’armĂ©e espagnole (12 000 hommes) venues d’Italie, de Sicile et de Franche-ComtĂ©. Les français ont dĂ©fait les ibĂ©riques Ă  plate couture les faisant rentrer dans leurs territoires grĂące Ă  une ruse du roi Henri IV. En effet il s’était alliĂ© des habitants et des paysans localement pour faire croire Ă  une armĂ©e supĂ©rieure en nombre bernant ainsi les espagnols qui ont laissĂ© le champ libre. Cette bataille clĂŽtura la huitiĂšme et derniĂšre des guerres de religion mettant fin Ă  la Ligue et contraignant les espagnols Ă  abandonner les derniĂšres places qu’ils tenaient en France. On peut voir encore un Ă©difice, Ă©rigĂ© Ă  la fin du XIXe siĂšcle qui relate cet Ă©vĂ©nement.
Nous traversons plus loin le canal de la Marne Ă  la SaĂŽne (nommĂ© de nos jours le canal entre Champagne et Bourgogne) qui relie ces deux riviĂšres sur 224 km. Construit entre 1852 et 1907 il permettait aux transports fluviaux d'acheminer leur cargaison du nord au sud en Ă©vitant la rĂ©gion parisienne. AprĂšs une importante pĂ©riode d’activitĂ©s commerciales, il est utilisĂ© de nos jours par le tourisme fluvial et son chemin de halage pour des balades Ă  bicyclette.
Notre randonnĂ©e se poursuit en cĂŽtoyant l’indolente et bucolique riviĂšre La Vingeanne qui serpente de mĂ©andres en mĂ©andres dans les prairies verdoyantes constellĂ©es des taches blanches des hĂ©rons Ă  la recherche de leurs proies aquatiques. Cette riviĂšre qui prĂ©sente beaucoup d’intĂ©rĂȘt touristique et halieutique prend sa source au sud du plateau de Langres Ă  Aprey (Haute-Marne) et se jette dans la SaĂŽne 93 km plus loin Ă  Talmay (CĂŽte-d’Or).
AprĂšs un crochet par Saint-Seine-sur-Vingeanne, nous sommes accueillis, avec sa sympathie habituelle par monsieur Bergerot, chĂątelain et restaurateur du chĂąteau de RosiĂšres, et son imposante tour mĂ©diĂ©vale. Ce lieu est familier aux membres de notre association puisqu’il s’agit d’une Ă©tape pour les pĂšlerins se rendant Ă  VĂ©zelay depuis Gy (une soixantaine cette annĂ©e). Un endroit abritĂ© nous a Ă©tĂ© rĂ©servĂ© dans les communs oĂč nous pouvons nous restaurer Ă  l’abri du vent.
Nous empruntons alors le chemin de Compostelle en traversant à nouveau la Vingeanne au moulin des prés par le vieux pont de pierre récemment restauré.
La trĂšs belle arrivĂ©e Ă  Fontaine-Française cĂŽtoyant les berges amĂ©nagĂ©es de lâ€˜Ă©tang du Fourneau nous fait dĂ©couvrir ce trĂšs pittoresque village de 900 Ăąmes et son imposant chĂąteau du XVIIIe avec son plan d’eau, ses jardins (372 tilleuls) et sa belle grille d’entrĂ©e, tous ces Ă©lĂ©ments classĂ©s par les Monument Historiques.
AprĂšs cet intermĂšde bucolique, historique et culturel Ă  la fois, chacun regagne son chez soi, satisfait et heureux d’avoir partagĂ© ces moments privilĂ©giĂ©s dans la bonne humeur.

Jacques SUTTER
Photos : DaniĂšle VOILLY
 
Sur les traces de Louis Pergaud (25) - Octobre 2016

Par ce beau dimanche colorĂ© d’octobre c’est une joyeuse troupe qui s’élance sur les traces de Louis Pergaud. Orsans et sa curieuse fontaine oblongue est le premier village Ă  nous accueillir. Nous continuons notre marche en suivant le chemin de crĂȘte qui surplombe les gorges de l’Audeux. L’abbaye de la GrĂące-Dieu, intemporelle et blottie au creux de la vallĂ©e nous attendait, nous invitant Ă  un instant de mĂ©ditation personnelle. A la sortie de la forĂȘt  aprĂšs le village de Chaux-les-Passavant  apparaĂźt Belmont, village natal de Louis Pergaud. Son maire, monsieur Cassard, nous convie gracieusement Ă  visiter le musĂ©e dĂ©diĂ© Ă  l'Ă©crivain et  nous fait un exposĂ© trĂšs instructif sur la vie de l’auteur. Le repas de midi terminĂ©, joyeux comme Ă  l’habitude, direction l’étang de Breuillez rĂ©cemment amĂ©nagĂ©.  Nous en faisons le tour sur un ponton oĂč des bornes didactique nous informent des particularitĂ©s de ces milieux aquatiques fragiles et Ă  protĂ©ger en prioritĂ©. C’est certainement lĂ  que Pergaud a observĂ© la buse qui attrape la couleuvre qui avale la grenouille, cette derniĂšre ressortant de la gueule de la couleuvre. Apres avoir admirĂ© le beau moulin d’Amans nous arrivons Ă  Leugney, terme de notre marche. L’église romane de Leugney nous livre ses secrets grĂące Ă  monsieur Poivey, organiste de la cathĂ©drale Saint-Jean de Besançon et gĂ©ographe. Devant l’intĂ©rĂȘt que manifeste le groupe Ă  ses explications, il nous ouvre la porte de la sacristie et nous montre les habits sacerdotaux conservĂ©s dans celle-ci. Merci Ă  lui pour sa disponibilitĂ© et son Ă©rudition. C’était un dimanche d’octobre ensoleillĂ©, volĂ© aux premier frimas de l’hiver qui s’annonçait. Comme tant d’autres il aurait pu ĂȘtre conventionnel et subi.  Vous l’avez rendu heureux et rieur grĂące Ă  votre bonne humeur et votre gentillesse. Merci pour cela 


Jean Cheviet

Photos : Danielle Brun-Vaunier

 

Vers le Bizot (25) - Septembre 2016
Temps superbe ce dimanche matin au Bizot, ciel bleu, tempĂ©rature de 12 degrĂ©s, Christine et moi Ă©tions en place, avec cafĂ© chaud et gĂąteau de mĂ©nage avant le dĂ©part. Nous avions bien sĂ»r dans la semaine reconnu le trajet. MĂȘme les chasseurs (merci au prĂ©sident), avaient mĂȘme permutĂ© leur jour de chasse au samedi. Des bancs mis Ă  notre disposition pour la pause casse-croute Ă  l’étang des Belles Seignes.
HĂ©las ! À 9h30 toujours personne au rendez vous ! Certainement que le ciel Ă©tait trop bleu, la tempĂ©rature trop Ă©levĂ©e, la distance trop longue...
La dĂ©cision vous appartient, chers pĂšlerins de l’Af-ccc
 À bon entendeur !

Daniel Putaud et Christine Gallezot 

Sur le chemin de Compostelle en Alsace - Septembre 2016

Jacques Dato-Braconnier a mené brillamment notre groupe de 16 marcheurs de Entzheim à Thann, du 3 au 10 sepembre. Une semaine sous le soleil marquée par le plaisir de parcourir ce chemin de Compostelle avec ses richesses paysagÚres, artistiques, culturelles, le plaisir des rencontres entre adhérents, la chaleur de l'accueil de nos amis de l'association jacquaire alsacienne....
Pour en savoir plus et découvrir les témoignages des participants, rendez-vous sur la page "écho des sorties".

Nicole Blivet
☛ Vous pouvez voir d'autres photos dans "Galerie photos" 


 

Chemin des Moines (Secteur de Luxeuil, 70) - Août 2016
Ils m'ont tournĂ© la tĂȘte


Qui ? Les moines, devenus  Saint Valbert et Saint Colomban. Je suis tellement sous le charme du chemin recrĂ©Ă© depuis peu par l’association des Amis de Saint Colomban que j'ai Ă  cƓur de le faire partager. 

Ce dimanche 21 aoĂ»t, nous voilĂ  Ă  Saint-Valbert, huit courageux et ..geuses qui n'ont pas hĂ©siter Ă  se lever tĂŽt pour  dĂ©couvrir ce chemin spirituel ! Deux voitures  nous attendent Ă  l'arrivĂ©e. Troupe joyeuse sous le soleil  frisquet du matin. On commence par un petit cafĂ© et un gĂąteau de fĂȘte.

ClĂ©s de voitures en poche, nous voilĂ  en route pour l'Ermitage de Saint Valbert remis en Ă©tat par les Amis de Saint Colomban. Valbert, fils d'un seigneur,  a choisi de consacrer son existence Ă  Dieu. Il se dĂ©pouille et vient passer quelques annĂ©es dans une grotte pour mĂ©diter et prier. AppelĂ© Ă  l'abbaye de Luxeuil,  Saint Valbert en  fut le troisiĂšme abbĂ©. Il a donnĂ© son nom Ă  ce charmant village des Vosges saĂŽnoises. DĂ©couverte de l'ermitage et traversĂ©e des jardins Ă  La Française, un peu dĂ©fraĂźchis ! Ils attendent Le NĂŽtre


AprĂšs un parcours dans la forĂȘt, nous arrivons dans un hameau, Chapendu. L'Ă©tymologie de Chapendu laisse planer un mystĂšre. Cela vient-il de Champs pentus, de la "chape pendue" des moines ou alors de chats  pendus aux portes ? Chacun a la libertĂ© d'interprĂ©tation. Le rĂȘve est lĂ  !! Jean explique le rĂŽle de la cloche sur la maison  qui domine le hameau trĂšs dissĂ©minĂ© : sonner le tocsin  ou le glas.

La surface des Ă©tangs glaciaires du TrĂ©surier et de la Pierre Ă  mouton  est parsemĂ©e de nĂ©nuphars. Descente sur Raddon oĂč nous dĂ©cidons de poursuivre malgrĂ© l'heure thĂ©orique du repas  pour monter Ă  la Pierre aux Sacrifices qui, en fait, est un lieu d'extraction des meules de grĂšs. Ces meules Ă©taient utilisĂ©es par les Ă©mouleurs  jusqu'Ă  Thiers.

Amage nous accueille avec un abri pour dĂ©baller nos trĂ©sors, enfin pas toujours ! Jean ne trouve qu'un Tupperware de betteraves rouges qui ravissent uniquement Yvette et Nicole. Nous assistons Ă  des Ă©changes du couple « Duchemin Â», Jean et Daniel D. ! Les habitudes sont lĂ  dĂ©sormais aprĂšs tant de voyages communs ! 

Nous traversons Amage  via la gare du tacot que nous remarquons Ă  peine car nous sommes en plein vide greniers.La chapelle dĂ©diĂ©e Ă  saint Roch nous accueille au milieu des champs de maĂŻs.

Puis voilĂ  la rude montĂ©e  vers la chapelle Saint Colomban au-dessus du village de Sainte-Marie-en-Chanois. Quelques inquiĂ©tudes planent avant d'attaquer ce fort dĂ©nivelĂ© qui est pratiquement le seul de la rando. Taty fait son chemin de croix. La chaussure d'Yvette a dĂ©cidĂ© d'arrĂȘter lĂ  son pĂ©riple ! On a tous bien ri et compati ! 

La grotte de Saint Colomban est un Ă©norme rocher surmontĂ© d'une plate-forme, selon la lĂ©gende c'est un ours qui la lui a cĂ©dĂ©e. Le saint aurait fait jaillir la source miraculeuse. Chacun y remplit sa gourde. Revoici Taty en pleine forme. Dans la chapelle, une roche en forme de lit aurait servi de couche au saint. Bien sĂ»r, nous essayons ce lit de fortune !!

Longue redescente dans la plaine de la Voivre. Ce nom alimente nos imaginaires. Voivre signifie terrain humide, marĂ©cageux, peut ĂȘtre une vouivre est-elle par lĂ  ? 

Nous nous dirigeons vers la Chapelle d'Annegray restaurĂ©e par les Amis de Saint Colomban, au pied de la montagne Saint Martin. C'est la premiĂšre installation dans les Vosges,  en 587, sur  les 90 monastĂšres qui furent Ă©rigĂ©s Ă  travers l'Europe selon la RĂšgle de Saint Colomban.

Nous sommes tous contents d'avoir rallié l'arrivée de ce chemin spirituel célÚbre. Saint Colomban, ce grand saint venu d'Irlande dont les écrits témoignent de la profonde vie intérieure, est un exemple de l'Europe alors devenue terre de mission.

Chacun est ravi et fourbu de ce pĂ©riple d’une bonne vingtaine de km sous le regard des moines.

Nous retrouvons nos voitures. Je m'aperçois que la mienne est fermĂ©e et que la clĂ© est quelque part sur le chemin. Heureusement, on n’est jamais en panne avec les amis de l’Af-ccc et le retour se fera sans problĂšme !

Danielle
Brun-Vaunier

 

Dent de Vaulion/Bord nord du lac de Joux (Suisse) - Juillet 2016

Week-end, FĂ©e Éric

Je me fais une joie de partir pour ces deux jours en Suisse, pour une randonnĂ©e organisĂ©e par le vice-prĂ©sident. Mais voilĂ , Ă  la lecture du programme tout se complique. Il faut prĂ©parer le pique nique et le repas du samedi soir. Que de sacs pour partir en randonnĂ©e ! Mon voisin Robert, ne manque pas de le remarquer. En route pour l'aventure, la VallĂ©e de Joux est situĂ©e entre deux chaĂźnes jurassiennes, entre les cols du Mollendruz et du Marchairuz. Le lac du mĂȘme nom a une surface de  9,5 km2, il enrichit la VallĂ©e avec ses voisins le lac Brenet et le lac Ter. Les activitĂ©s de loisirs y rĂšgne autant l'hiver avec le patinage que l'Ă©tĂ© avec les sports nautiques. La vallĂ©e est attrayante car sa  nature y est intacte et sauvage. VoilĂ  tout le groupe au complet sur le parking de la gare du Pont. Tous Joyeux de se retrouver. D'un commun accord nous dĂ©cidons de continuer de rire pour rendre hommage aux victimes innocentes de l'attentat du 14 juillet Ă  Nice, le cadre est posĂ©. VoilĂ  les 14 colons en route avec leurs deux moniteurs ;  Ă‰ric, le "directeur" et Marie-Do, la "maman" qui a prĂ©vu le pain pour toute la famille.

Nous voilĂ  partis Ă  l'assaut de la Dent de Vaulion, la montĂ©e se fait Ă  travers des  pĂąturages d'alpage. Nous savons que nous entrons dans un endroit protĂ©gĂ© au niveau de la faune et de la Flore. Nous suivons un sentier qui traverse la Sagne Vuagnard, c'est une zone humide une tourbiĂšre protĂ©gĂ©e. Le poĂšte Goethe est venu en 1779 dans la VallĂ©e de Joux a dormi deux nuits au Brassus avant son ascension cĂ©lĂšbre de la dent de Vaulion. Certains, dĂ©jĂ  ne respecte pas les "consignes" et "coupent les virages" ! Notamment notre Taty  en grande forme. Le flĂšchage jaune du Tourisme PĂ©destre permet  de rester dans la direction. On se retourne rĂ©guliĂšrement pour envelopper du regard le lac et toute la vallĂ©e (photo). Nous prenons rapidement de la hauteur pour atteindre la petite Dent et le Chalet de la Dent de Vaulion avec son restaurant (1348 m). De la partie sommitale s'offre un magnifique panorama Ă  360° sur la VallĂ©e de Joux, la France et la Suisse, ses quatre lacs et la chaĂźne des Alpes. Le temps ensoleillĂ© et bien dĂ©gagĂ© permet d'apprĂ©cier tout la chaĂźne des Alpes avec son gĂ©ant : le mont Blanc. Il est parfaitement visible sous ce ciel pur ! La Dent de Vaulion mĂ©rite encore un effort pour atteindre son sommet (1483m) oĂč point de chamois ! Nous avons dĂ» les faire fuir ! Le sommet est Ă©quipĂ© d'un signal gĂ©odĂ©sique et d'une table d'orientation (on peut y perdre le nord car illisible). Nous passons au milieu des vaches qui peuvent figurer au palmarĂšs Milka ! La muraille  de Suisse existe aussi. LĂ  Haut nous attend un vent trĂšs frisquet qui permet la mise en valeur de certains attributs fĂ©minins, cela met GĂ©gĂ© en Ă©moi ! Les randonneurs habituĂ©s, ne manquent pas de trouver un endroit pour pique niquer Ă  l'abri de ce vent fripon et face aux montagnes enneigĂ©es. On se dore au soleil, peu pressĂ©s de reprendre nos bĂątons pour la descente.

Éric, nous emmĂšne voir notre logis du soir, le Chalet Orny II qui appartient au Club Alpin Suisse de Morges. À faire pĂąlir celui de Heidi. Il est lovĂ© en contre bas de la Dent, de son balcon un cadre idyllique s'offre Ă  nos yeux dans une ambiance bucolique. L'aconit Naepallus est venu s'y installer. Notre cabane est garnie de provisions "liquide", oĂč rien ne manque. Les consignes d'utilisation sont apposĂ©es partout, impossible de les manquer. Je commence seulement Ă  comprendre que ma jupe et mes petites chaussures ne sortiront pas du sac ce soir. Et aprĂšs avoir fait le tour du locataire, chacune et chacun comprend que l'eau de la citerne est Ă  utiliser avec parcimonie. Adieu douches rafraichissante ! Et que les toilettes qui existent, sont Ă  gĂ©rer en eau. Pas d'Ă©lectricitĂ©, donc adieu tĂ©lĂ©phone opĂ©rationnel, mails, sms. La rĂ©alitĂ© prend le pas sur la virtualitĂ©. Nous sommes tous dans l'expectative et les questions vont bon train. Mais la question majeure reste l'accĂšs Ă  notre beau chalet avec nos chargements de glaciĂšres respectifs. Y aura t-il 200 m ou 1 km Ă  travers les sentiers pentus ? À suivre. Nous redescendons par des sentiers Ă  travers des pĂąturages boisĂ©s et forĂȘts de feuillus. Deux gros blocs de bĂ©ton nous livre passage, de quoi s'agit il ? De "Toblerones" : un ancien barrage anti char. Nous rejoignons la terrasse du Bar de la Truite au Pont, car nous avons soif. LĂ  je prends conscience de notre "colonie" par nos rires et pĂ©piements. Nous prenons possession de la partie neutralisĂ©e de la terrasse. De vrais envahisseurs ! Éric a du mal Ă  accĂ©der Ă  la raison de chacun. Il offre sa tournĂ©e pour fĂȘter sa retraite rĂ©cente, elle lui va tellement bien ! EspiĂšgleries fĂ©minines fusent devant des suisses Ă©berluĂ©s. Nous vivons notre joie en toute libertĂ©. LĂ , de belles motos rutilantes et "machines Ă  trois roues" se garent et sous les casques de belles moustaches grisonnantes. Elles interpellent Yvette qui s'essaie de faire du stop !

Nous montons en voiture en direction de l'Auberge de la Dent de Vaulion. Nous suivons la "Papa mobile". La dĂ©couverte d'un chemin en pleine ascension va nous permettre de nous garer Ă  proximitĂ© dudit Chalet. Juste une centaine de mĂštres Ă  parcourir avec un fort dĂ©nivelĂ© avec nos lourds chargements. La troupe de colons se pose et remarque que l'air et le soleil de l a montagne ont  fait rougir les joues et les Ă©paules, La bonne mine pour aborder la soirĂ©e. Le dĂ©ballage des glaciĂšres a donnĂ© lieu Ă  une table remplie. Des victuailles et des liquides Ă  profusion. Chacun y est allĂ© de son invention pour crĂ©er salades colorĂ©es. Les carottes rĂąpĂ©es ont participĂ© Ă  la bonne humeur collĂ©giale. GĂ©gĂ© ne sait pas "oĂč donner de la fourchette". La "marĂ©e basse", expression de Taty, n'est  pas prĂ©vue ce soir ! Éric et DĂ©dĂ© se mettent au fourneau pur le rĂ©gal de chacun. Les 14 km de la journĂ©e ont aiguisĂ© la faim. Repas ponctuĂ© de rires et de grivoiseries tout en observant le coucher de soleil sur le Mont Blanc. Notre Moniteur nous intime d'aller marcher dans la rosĂ©e dĂšs notre rĂ©veil pour en apprĂ©cier les bienfaits. La tombĂ©e de la nuit nous oblige au repli et Ă  aller dormir Ă  l'Ă©tage dans le dortoir oĂč chacun a dĂ©jĂ  repĂ©rĂ© sa place. LĂ , le dĂ©lire fut Ă  son apogĂ©e ; que font les couples dans leur coin, silencieux. Rigolades et blagues. GĂ©gĂ© est le seul homme au milieu des femmes, la gĂ©gĂ©thĂ©raphie s'impose ? Taty vient nous border avec un bisou Ă  chacun. L'extinction des feux stoppe les Ă©changes, car demain il faudra se lever, le train prĂ©vu n'attendra pas. Nuitamment des allĂ©es et venues ont lieu, peut ĂȘtre pour aller admirer  la voute cĂ©leste depuis le balcon du chalet.

Tout le monde est levĂ© dĂšs potron minet pour aller admirer le paysage alpin et marcher dans la rosĂ©e selon les prescriptions d'Éric. La balade pieds nus dans une rosĂ©e fraĂźche face au Mont blanc relĂšve du rĂȘve. Impossible d'y Ă©chapper, le mono veille, sinon pas de dĂ©jeuner ! Quel bienfait pour tout le corps, lavĂ© d'une fraĂźche Ă©nergie, nous voilĂ  tous revigorĂ©s pour cette nouvelle journĂ©e de rando, qui consistera Ă  longer le lac de Joux via le sentier cĂŽtier nord, au dĂ©part de la ville du Sentier et arrivĂ©e au Pont. Cette balade est rĂ©pertoriĂ©e dans le magazine "En Vadrouille". À 8h, le mĂ©nage du chalet est terminĂ© et tout le monde est prĂȘt. Nous reprenons nos voitures en bas du chalet et rejoignons la gare de Pont. L'achat des billets a pris un peu de temps, car il fut impossible de "faire ingĂ©rer" une carte bancaire française au distributeur. Daniel, en homme prĂ©voyant, a donc dĂ©pannĂ© plus de la moitiĂ© du groupe en avançant de la monnaie suisse. Une suissesse sourit de nos remarques de grands enfants en bande !

Le Sentier, est le cƓur du pays horloger. En effet, l'horlogerie est l'Ă©conomie principale de la rĂ©gion. Les usines jouxtent les fermes, en belle harmonie visuelle. Nous longeons l'Orbe, une des deux riviĂšres qui alimente le lac de Joux. Nous apprĂ©cions ce panorama depuis un promontoire. Des panneaux explicatifs, lus Ă  haute voix, par maĂźtresse Marie-Laure, notamment  permettent d'apprĂ©cier et de respecter cette flore et faune spĂ©cifique. Le lac est bordĂ© de plages herbeuses oĂč des bancs et tables accueillent nos arrĂȘts frĂ©quents. Trouver un bistrot pour un cafĂ© matinal n'est pas aisĂ©, et Éric semble refuser de faire marche arriĂšre pour de la cafĂ©ine au grand dam de toutes les filles ! LĂ  encore nous passons devant une maison joyeusement dĂ©corĂ©e, trĂšs colorĂ©e. Un Ă©tal "Tout est gratuit - Servez-vous" nous interpelle. Cela va de la recette de Champignons Ă  un sac dorĂ© que Christine remarque. Quel Ă©tonnement pour nous Français ! Une invitation au partage, c'est magnifique ! Cette phrase Â« Viens te mettre Ă  cĂŽtĂ© de moi sur le banc devant la maison, femme c'est bien ton droit ! Â». Des barques de pĂȘche Ă  moteur attendent au fil de l'eau. Elles sont toutes bleues. Le paysage est propice aux baignades naturelles  et romantiques. Notre "mouillage" se fera  sur la plage du Rocheray. LĂ  on va tous faire trempette jusqu'au genoux dans une eau limpide. Éric nous dit son envie irrĂ©sistible de piquer une tĂȘte mais voilĂ , il a oubliĂ© son maillot de bain ! Il a du mal Ă  rĂ©sister mais Marie-Do le ramĂšne Ă  la dure rĂ©alitĂ©, il y a trop de  houle ! Il reviendra comme nous tous, car ce bord de lac est enchanteur. La poĂ©sie ne rempli que l'esprit, l'estomac a ses impĂ©ratifs, aussi, Daniel et DĂ©dĂ© nous ont donnĂ© le La ! Nous avons ensuite lĂ©zardĂ© au soleil avant de nous rechausser pour la derniĂšre partie. Le sentier cĂŽtier nous a permis d'apprĂ©cier le cĂŽtĂ© sauvage du lac avec ses criques et des kerns. Les randonneurs croisĂ©s sont nombreux. Le vert des sapins et le bleu de l'eau nous ont invitĂ© Ă  Ă©lever notre esprit, la spiritualitĂ© nous a accompagnĂ©s. L'arrivĂ©e sur la ville du Pont se fait par un plateau herbeux avec en point de mire la Dent de Vaulion sous la chaleur. Nous voilĂ  tous dĂ©contenancĂ©s, le week-end est dĂ©jĂ  terminĂ©. Mais quel week-end, organisĂ© de main de maĂźtre ou la bonne humeur a rĂ©gnĂ©. Et le dieu Ra fut de la partie. À quand le prochain ? Merci de la part de tous les colons Ă  Éric et Marie-Do pour leur attention Ă  notre bien ĂȘtre.

Danielle Brun-Vaunier

Photos : Éric Pape

☛ Plus de photos Ă  voir dans "Les galerie photos"
 

"De gare Ă  gare" - Sur le chemin de Compostelle Belfort/HĂ©ricou...

La randonnĂ©e du 24 avril est sortie du cadre habituel de nos randonnĂ©es mensuelles. En effet, AndrĂ© Leboucher et Michel Limoge,  respectivement prĂ©sident de CodĂ©rando et organisateur rando,  Jean Sechehaye, prĂ©sident du  comitĂ© dĂ©partemental de la randonnĂ©e de Haute-SaĂŽne,  et l’auteure de ces lignes, ont fait le projet de rĂ©Ă©diter le succĂšs de l’édition 2012 "de gare Ă  gare". Le parcours d’une vingtaine de kilomĂštres a Ă©tĂ© mis au point avec dĂ©part de la gare de Belfort par les bords de la Savoureuse, passage devant les bĂątiments audacieux de l’UniversitĂ© de technologie Belfort/MontbĂ©liard Ă  SĂ©venans, Bermont,  chapelle Notre-Dame du ChĂȘne, fort du Bois d’Oye
A partir de l’entrĂ©e en Haute-SaĂŽne, marche sur le GR5 et le chemin de Compostelle venant de Bale et arrivĂ©e Ă  la gare d’HĂ©ricourt. 

Ce dimanche, c’est sur ce quai, Ă  8 h 48, que prĂšs d’une centaine de marcheurs, accueillis par les bĂ©nĂ©voles de l’Af-ccc aidĂ©s par des membres du club hĂ©ricourtois « La marche BuissonniĂšre Â»,  ont pris le train qui les a menĂ©s en quelques minutes rejoindre la centaine de randonneurs qui les attendaient Ă  la gare de Belfort. Le long convoi s’est mis en route illico. Quelques passages boueux n’ont pas ralenti le rythme. À Bermont, les bonnes volontĂ©s de CodĂ©rando attendaient de pied ferme le groupe.  Celui-ci a apprĂ©ciĂ© une organisation sans faille : remise de gobelet, apĂ©ritif et potage offerts (bienvenue le consommĂ©, la tempĂ©rature Ă©tait  plus que fraĂźche !), "salle du Patro" chauffĂ©e et tentes montĂ©es dans la cour, ambiance musicale Ă  l’accordĂ©on. L’Af-ccc a profitĂ© de la pause pour prĂ©senter ses guides du chemin de Compostelle en Bourgogne et Franche-ComtĂ©. De nombreux participants, ayant dĂ©jĂ  marchĂ© sur un chemin de Compostelle ou en ayant le projet, ont pris contact avec  notre association. Les foulards reprĂ©sentant le camino francĂšs ont rapidement Ă©tĂ© en rupture de stock. Puis, aprĂšs une reprise de marche Ă  rythme rapide,  le prĂ©au de la cour de l’école de BrĂ©villiers, aimablement mis Ă  notre disposition par le maire, Michel Claudel, a Ă©tĂ©  pris d’assaut. Non seulement pour le rafraĂźchissement offert par notre association, mais aussi pour consultation des rĂ©sultats du tirage au sort. Les heureux possesseurs de numĂ©ros gagnants se sont vu remettre des T-shirts du Conseil dĂ©partemental de Haute-SaĂŽne et des guides de la FĂ©dĂ©ration française de RandonnĂ©e (FFR) "de Gare Ă  gare". La cĂŽte de la Rouchotte et la descente sur la gare de HĂ©ricourt ont Ă©tĂ© parcourues Ă  vive allure. La moitiĂ© des marcheurs a repris sa voiture, l’autre moitiĂ© est montĂ©e dans le train qui l’a ramenĂ©e Ă  Belfort. Les sourires Ă©taient de mise chez tous les participants. 

Notre association ne peut que se rĂ©jouir du partenariat amical avec les comitĂ©s du Territoire de Belfort et de Haute-SaĂŽne de la FFR concrĂ©tisĂ© de belle façon Ă  l’occasion de cette sortie et encouragĂ© par la prĂ©sence du prĂ©sident rĂ©gional de la FFR, Guy Berçot. L’Af-ccc a Ă©tĂ© enchantĂ©e de la venue de nos « collĂšgues Â» de l’association des Amis de Saint-Jacques en Alsace, Evelyne Studer, leur prĂ©sidente, en tĂȘte. Et notre association peut Ă©galement se fĂ©liciter d’avoir en son sein des fidĂšles bĂ©nĂ©voles. Merci Ă   AndrĂ©, Annie, Charles,  Claudine, Christine, Daniel B., Daniel P.,  Danielle, Françoise, Jeanne, GĂ©rard, Isabelle,  Claude, Guy, qui ont largement aidĂ© et participĂ© au bon dĂ©roulement de la manifestation.

Nicole Blivet
Photos : Claude Bernasconi, Nicole et Daniel Blivet


Plus de photos Ă  voir dans "Les galerie photos"

 

Autour d'Abbans, Dessous et Dessus (25 ) - Mars 2016

Aujourd'hui dimanche  20 Mars  2016, premier jour de printemps avec son sourire qui brille. Les prĂ©visions mĂ©tĂ©o sont trĂšs prometteuses. Sous un ciel un peu voilĂ© par les brumes matinales  et un soleil jouant Ă  cache-cache avec celles-ci, nous sommes 18 au dĂ©part de la boucle de cette randonnĂ©e qui nous conduit d’Osselle Ă  Byans sur le Doubs. L’ambiance est dĂ©contractĂ©e et chaleureuse. Il est 9h, top dĂ©part prĂšs de la plage d’Osselle !

Nous empruntons la
« VĂ©loroute du Doubs Â» qui, longeant le canal, rejoint le Doubs par  le chemin de halage. En majoritĂ© Voie Verte interdite aux vĂ©hicules motorisĂ©s,  cette piste fait partie du projet d’EurovĂ©loroute N°6 allant de Nantes Ă  Budapest. Le paysage est beau, serein, rien ne vient troubler nos mĂ©ditations si ce n’est, de temps Ă  autre, une envolĂ©e majestueuse de colverts. Les oiseaux chantent, les poissons, goujons, carpes et autres habitants des eaux sont rĂ©veillĂ©s.

Les cƓurs sont lĂ©gers. Peut-ĂȘtre Ă©goĂŻstement, sans penser Ă  nos amis courageux  souffrant d’un genou, d’une hanche, nous attaquons d’un pas ferme et dĂ©cidĂ©  ces 4 km « de plat Â» qui rejoignent  « les papeteries de BoussiĂšres Â»
spécialisées dans les papiers fins, opérationnelles depuis 1881.

Un barrage, établi en 1830 sur le Doubs par les Ponts et Chaussées, permet l'aménagement d'un bief de dérivation qui met en service un bùtiment d'eau équipé de trois turbines.
Deux cheminĂ©es ont Ă©tĂ© construites entre 1883 et 1887 dont une seule s’élĂšve encore, imposante  dans les cieux.

Nous laissons la vĂ©loroute aux cyclistes qui commencent Ă  affluer et bifurquons sur un petit chemin qui longe le canal pour arriver au pont qui l’enjambe. Nous traversons la nationale, grimpons par un petit sentier Ă  travers bois. Attention aux
grands mĂ©chants loups !

MalgrĂ© quelques Ă©charpes de brume,
nous dĂ©couvrons un superbe panorama sur la vallĂ©e du Doubs et ses collines tout en contraste : guerriĂšres avec les ruines du chĂąteau de Montferrand, pacifiques avec la Vierge protectrice de Notre-Dame du Mont, commerçantes avec la PercĂ©e de Thoraise. Nous rĂȘvons en grimpant l'Essart du Loup Ă  ces Ă©poques lointaines oĂč la beautĂ© simple et tranquille de nos paysages comtois pouvait ĂȘtre troublĂ©e par de sinistres rencontres.

À l’entrĂ©e de BoussiĂšres, dont les habitants en 1092  sont  surnommĂ©s aussi les "loups",
nous dĂ©couvrons et admirons, se dĂ©coupant dans la lumiĂšre du matin, le clocher comtois  du XIe de l’église Saint Etienne puis, Ă  son pied, le porche du XVIe siĂšcle, classĂ©s tous deux aux Monuments Historiques depuis 1913.

Il est à peu prÚs sûr que le site de BoussiÚres a été occupé par l'homme dÚs la période mérovingienne. C'est au XIe
 siĂšcle qu'on voit trace Ă©crite de la citĂ© pour la premiĂšre fois. Elle Ă©tait Ă  l'Ă©poque la propriĂ©tĂ© de la Seigneurie d'Abbans, mais les seigneurs de Thoraise et de Chalon-Arlay y avaient aussi des biens. Jeanne d'Abbans, en l'an 1290, vendit la Seigneurie d'Abbans Ă  Jean de Chalon-Arlay. BoussiĂšres en faisait partie. Les Ă©crits qu'on retrouve font mention d'un incendie qui dĂ©truisit presque totalement le village en 1548. C'est en 1801 que BoussiĂšres devint chef-lieu de canton.

C’est la pause "p’tit dĂ©jeuner" et photos pour immortaliser cet instant  puis nous reprendrons notre chemin gaiement.
Les jardins sont en fĂȘte, les fleurs, habillĂ©es de jaune, bleu, blanc... s’ouvrent de bonheur.

À la sortie du village nous arpentons un chemin recouvert de petits graviers blancs, les pĂąquerettes Ă©tincellent sur les verts tapis. Tous, nous aimons ces petits chemins pentus qui sillonnent Ă  travers les grandes prairies dĂ©couvertes.

Puis la forĂȘt avec ses senteurs de bois fraĂźchement coupĂ©,  son concert de chants d’oiseaux, ils
dansent, s'accouplent et prĂ©parent leur nid, au loin le bruit des tronçonneuses qui s’activent, une descente puis c’est la dĂ©couverte d’un petit ru aux eaux cristallines s’amusant Ă  travers pierres, mousses, enchevĂȘtrement de branches, une coupe de bois, le merle siffleur, un moment privilĂ©gié  Nous nous octroyons une pause de 20 mn dans ce petit coin de  paradis. Nous avons parcouru 11 km dans une campagne enchanteresse.

Il est midi, nous arrivons Ă  la pause dĂ©jeuner Ă  Abbans-Dessous. Nous nous installons autour des tables de pique-nique - Un des meilleurs moments de la journĂ©e ! Les plaisanteries fusent, les discussions se distillent autour du pot de l’amitiĂ© offert par les deux organisatrices de cette rando, l'auteure de ces lignes et Yvette. Une cavaliĂšre nous offre son plus merveilleux sourire
 Il fait beau
 les gens sont heureux, ils accueillent dans leur cƓur ce printemps tant attendu.

Les agapes habituelles de gùteaux et autres gùteries terminées il est
13H45. Nous avons encore 13 km Ă  parcourir Ă  travers bois pour rejoindre Byans.

200 m aprĂšs un oratoire dĂ©diĂ© Ă  la Vierge, nous empruntons un chemin empierrĂ© qui dĂ©bouche dans la rue Jouffroy d'Abbans Ă  Abbans-Dessus. Cette montĂ©e est courte mais coriace. Pour tenter de  rassurer les moins vaillants, j’ "interprĂšte Ă  ma maniĂšre" les quelques passages difficiles  de montĂ©es, promettant des kilomĂštres et kilomĂštres de descentes, mais personne n’est dupe


Le village est construit sur un Ă©peron rocheux et surplombe la forĂȘt de Chaux ainsi que la vallĂ©e du Doubs. Il est citĂ© (sous la forme Albans-Dessus) dans le poĂšme d’Aragon,  « Le Conscrit des cent villages Â», Ă©crit comme acte de rĂ©sistance intellectuelle de maniĂšre clandestine au printemps 1943 pendant la seconde guerre mondiale. Il est probable, au vu de sa situation stratĂ©gique, qu'il a eu pour origine
un oppidum (agglomĂ©ration gĂ©nĂ©ralement fortifiĂ©e) gallo-romain. Il comporte un chĂąteau dont n'est vraiment apparent et cĂ©lĂšbre que le donjon oĂč le marquis Claude François DorothĂ©e de Jouffroy d'Abbans, architecte naval et concepteur du bateau Ă  vapeur, aurait en grande partie conçu son Ɠuvre. On trouve mention faite de l'Ă©difice dĂšs 1091. Il appartenait aux sires d'Abbans. Abbans-Dessus a Ă©tĂ© le lieu de cultures cĂ©rĂ©aliĂšres et d'Ă©levage. La vigne y a Ă©tĂ© prolifique jusqu'au XIXe siĂšcle oĂč elle a Ă©tĂ© totalement Ă©radiquĂ©e par le phylloxĂ©ra.

No
us prenons  le temps de grimper jusqu'au portail du chĂąteau du Marquis, puis, au centre du village, visitons l’église. Les marcheurs sont surpris, voici la deuxiĂšme Ă©glise ouverte ! Celle-ci, charmante, est placĂ©e sous le vocable de l’Assomption.

Au niveau du cimetiĂšre nous nous dirigeons dans la rue du Chatelot. Une petite halte Ă  droite Ă  la Vierge et au sommet de la petite cĂŽte, une belle vue dĂ©gagĂ©e sur la vallĂ©e de la Loue, le Mont Poupet et les monts du Jura. Nous traversons  la D13 et rejoignons une rue empierrĂ©e qui se transforme en sentier forestier s'enfonçant dans un sous-bois bien agrĂ©able.

Le chemin arrive Ă  une clairiĂšre dont nous longeons le bord en suivant la ligne de crĂȘte. Nous retrouvons un petit sentier partant vers le belvĂ©dĂšre dont nous apercevons les barriĂšres. Il nous offre une vue sur Byans-sur-Doubs, la VallĂ©e du Doubs, la forĂȘt de Chaux et le Massif de la Serre.

Pour le plaisir des yeux, des tapis de jonquilles s’offrent Ă  nous, les papillons dansent, nous trouvons mĂȘme des jacinthes. Petite halte pour la cueillette de quelques fleurs Ă  offrir, nous
laissant aussi le temps de mĂ©diter sur les sentiers clair-obscurs de ces monts boisĂ©s. Puis direction « monument des Aviateurs Â», Ă©rigĂ© sur le lieu mĂȘme du drame Ă  la mĂ©moire de huit membres d'Ă©quipage de nationalitĂ©s australienne et britannique. Ceux-ci devaient effectuer, Ă  bord d’un avion quadrimoteur Short Stirling, un parachutage d'armes et de munitions au profit du maquis du Val d'Amour.L’avion, Ă  cause de difficiles conditions mĂ©tĂ©o, s'Ă©crasa le 1er septembre 1944, Ă  2 h du matin, sur la colline au-dessus du village de Lombard. Les corps des aviateurs sont enterrĂ©s dans le cimetiĂšre d'Arc-et-Senans.

Nous amorçons enfin les descentes tant promises, sur un sentier moelleux puis sur un chemin empierrĂ©. En vue les premiĂšres maisons de Byans. Le chemin est bordĂ© par un vieux murgĂ© (mur de pierres sĂšches, frĂ©quent dans nos rĂ©gions).  Nous remontons  le chemin de Bellevue qui offre une jolie vue sur l'Ă©glise, rejoignons la D13 et la remontons  pour jeter un Ɠil Ă  l'oratoire du XIXe dĂ©diĂ© Ă  la vierge. Nous arrivons vers le centre du village, passant entre une belle fontaine et l'Ă©glise Saint-DĂ©sirĂ© en prenant la Route de la Grotte.

À la sortie du village nous bifurquons pour rejoindre un chemin empierrĂ© qui s'en va dans les pĂątures. Nous prenons le temps de nous retourner pour admirer la vue sur la colline d'Abbans et son chĂątelet.

Nous passons sous la voie de chemin de fer et le chemin se dédouble. Nous prenons le sentier bien dessiné qui longe la clairiÚre. Il s'abouche perpendiculairement à un chemin puis nous arrivons au pied du pont enjambant le Doubs pour rejoindre Osselle.

L’un des Daniel, sa tablette Ă  la main, nous informe que nous avons parcouru  23,6  km avec
dénivelé positif : 368 m, dénivelé négatif : 372 m, point haut : 518 m, point bas : 222 m.

Les visages sont fatigués, les traits sont tirés mais quelle belle journée de détente

Tous remercient chaleureusement les organisatrices et c’est dans la bonne humeur que notre joyeuse troupe se sĂ©pare. Sans nul doute n’aurons-nous pas besoin de la berceuse de Brahms pour nous endormir ; nous espĂ©rons que cette douce, longue, nuit rĂ©paratrice et sereine sera peuplĂ©e de jolis rĂȘves.


Jeanne Sanchez
Photos : Jeanne Sanchez, Nicole et Daniel Blivet

 

Autour du Moutherot (25) - FĂ©vrier 2016

Dimanche 21 fĂ©vrier, le rendez-vous est donnĂ© Ă  Pagney devant l’église. Petit vent frais et temps couvert. DĂ©part Ă  9h00 avec 23 randonneurs.
Nous nous dirigeons vers Vitreux par les bois, ensuite nous bifurquons vers Rouffange et nous longeons la forĂȘt avec vue sur les montagnes du Haut-Doubs en direction d’Étrabonne.
Petit arrĂȘt Ă  la source et lecture de la lĂ©gende des Rois Mages qui seraient passĂ©s par lĂ  d’oĂč le nom d’Étrabonne car l’eau est parait-il "Extrabonne".
Passage devant le chĂąteau et nous remontons vers Le Moutherot oĂč le vigneron nous attend pour 13h00 dans une grande salle trĂšs chauffĂ©e
Bonne ambiance habituelle, repas animĂ© car les verres se remplissent du bon vin de monsieur Colin.
AprĂšs-midi retour Pagney via les vignes oĂč nous avons la chance d’apercevoir le Mont Blanc.


Danielle Voilly
Photos : Danielle Voilly, Daniel Blivet
Carte : Jacqueline Leclercq 

 

Autour d'HĂ©ricourt (70) - Janvier 2016

Dimanche 17 janvier, saut du lit difficile : temps gris et neige incitent Ă  rester au chaud. 9h00, rendez-vous au club de rando des Sports GĂ©nĂ©raux Ă  HĂ©ricourt : huit courageux se retrouvent autour d’un cafĂ© et d’un gĂąteau de mĂ©nage. Allez, en marche, bien emmitouflĂ©s sous les flocons, direction Couthenans. LĂ , pause photo devant la maison qui a vu naĂźtre la race de la vache montbĂ©liarde. Le chemin qui mĂšne Ă  Luze par le Mont-Vaudois risque d’ĂȘtre peu praticable, la prudence nous conseille une variante. 

Et soudain, le soleil. Magnifique, lumineux sur un paysage boisĂ© Ă©tincelant de blancheur. On quitte la cape, on ouvre l’anorak, on se dĂ©saltĂšre, la montĂ©e et le ciel bleu nous rĂ©chauffent. La neige crisse sous la chaussure, lĂ©gĂšre, aĂ©rienne, on progresse sans peine par de larges chemins jusqu’à Brevilliers, oĂč Jean-Claude, hĂ©bergeur de pĂšlerins, nous ouvre aimablement sa porte. Au chaud, nous faisons un sort au dĂ©licieux cake aux figues et fromage de chĂšvre de Nicole de Dampierre-les-Bois,  au gĂąteau de Michelle de Bermont, au kugelhof de Danielle de Belfort, pendant que Marie-Laure se rĂ©gale d’une soupe maison. RevigorĂ©s, nous entamons allĂšgrement la montĂ©e de la Rouchotte. Conquises par la balade dans ce secteur aux multiples sentiers bien balisĂ©s, des marcheuses se laissent tenter par le topo-guide du  club de rando de la communautĂ© de communes du Pays d’HĂ©ricourt. Elles reviendront, c’est sĂ»r !  AprĂšs cette quinzaine de kilomĂštres dans une ambiance amicale et chaleureuse, il est temps de se quitter.  Boubou, le bouledogue français de la fille de Nicole, trĂšs Ă©lĂ©gant dans son manteau camouflage, aurait pourtant bien poursuivi la balade


Daniel Blivet
Photos : Nicole et Daniel Blivet

 

Randonnée de Noël à Besançon (25) - Décembre 2015

VoilĂ  une journĂ©e inhabituelle et rĂ©ussie ! Au mois d’aoĂ»t, j’étais contactĂ©e par Gilbert Pescayre, prĂ©sident de l’ACCR-BFC (association des chemins de Compostelle et de Rome – Bourgogne Franche-ComtĂ©) : Pourquoi ne pas organiser une randonnĂ©e conjointe, pas trop loin de leur siĂšge social Ă  Dijon ? Je pris contact avec l’office du tourisme de Besançon : la rando de NoĂ«l mise en place par la ville aurait lieu samedi 12 dĂ©cembre. Facile, pas de souci d’organisation pour nous, nous n’aurions qu’à suivre !  On me donna le nom du responsable Ă  contacter ultĂ©rieurement, les dĂ©tails de participation n’étant pas rĂ©glĂ©s mi-aoĂ»t. Octobre : la personne concernĂ©e m’annonce d’un ton trĂšs dĂ©sabusĂ© que la ville de Besançon a annulĂ© la randonnĂ©e habituelle. Concertation avec l’ACCR-BFC : nous dĂ©cidons de garder la date dĂ©jĂ  inscrite dans nos plannings respectifs et de concevoir entre  nous un circuit. Ce qui fut fait brillamment par Eric Pape de l’AF-CCC et Alain Rouhier de l’ACCR-BFC. Claudine, notre trĂ©soriĂšre, se mit en quĂȘte d’un restaurant pour terminer la journĂ©e joyeusement. Affaire conclue. Un imprĂ©vu nous attendait encore dĂ©but dĂ©cembre : un entrefilet dans un « gratuit Â» distribuĂ© Ă  Besançon, informant d’une randonnĂ©e ouverte Ă  tous ??? Les coups de fil, les demandes d’inscription ont affluĂ© chez Eric et Alain. Des cars, des associations de marcheurs s’annoncĂšrent 
.Eric calma le jeu, annonçant une randonnĂ©e privĂ©e entre associations. Finalement, 70 personnes, dont un groupe d’Alsaciens, Ă©taient prĂ©sentes au lieu de rendez-vous sur le parking de la Rodia. GuidĂ©s de main de maĂźtre par les bĂ©nĂ©voles de nos associations, gilets et drapeaux jaune en signe de reconnaissance, le long convoi s’est Ă©lancĂ© sur la colline de Bregille, a profitĂ© d’une forĂȘt de buis odorante, admirĂ© un panorama sur le Doubs, cheminĂ© dans le parc Micaud
. Certains participants sont restĂ©s persuadĂ©s jusqu’au bout de suivre la randonnĂ©e de NoĂ«l de la ville de Besançon ! Ne voulant pas prendre de risques dans la traversĂ©e de la ville, les organisateurs ont nĂ©anmoins annoncĂ© la fin du « guidage Â» aux environs du marchĂ© couvert. Pour notre groupe, ce fut vin chaud au marchĂ© de NoĂ«l, dĂ©couverte des artisans d’art installĂ©s dans la cour du MusĂ©e du Temps et dĂ©licieux repas  au « Pixel Â». Nos deux associations se sont fĂ©licitĂ©es des bons contacts nouĂ©s entre adhĂ©rents et sont prĂȘtes Ă  renouveler une sortie commune (mais dans la discrĂ©tion et sans publicitĂ©  intempestive !).

Nicole Blivet
Photos : ACCR-BFC

 

Sur le chemin de Compostelle entre Besançon et Marnay - Novembre...

Pour plusieurs participants il s’agissait d’une première car ils ne connaissaient pas encore ce parcours tracĂ© depuis 2008 pour les pèlerins partant de Besançon et voulant rejoindre le chemin principal à Marnay après 23 km de marche.

Partis vers 9h00 du Centre de soins des Tilleroyes (terminus de la ligne 10 du bus pour ceux qui souhaiteraient le dĂ©couvrir) le chemin s’abrite sous une belle forêt avant de traverser Serre-les-Sapins et de rejoindre Champvans-les-Moulins par un joli vallon et un nouveau tracĂ© rĂ©alisĂ© par la commune. Après un bel effort pour gravir la grapillotte de la colline de  Champagney nous arrivons vers l’église de ce village pour une halte salutaire.

Plus loin l’arrêt à  Audeux nous a permis de dĂ©couvrir son surprenant  lavoir et la belle ferme en contrebas. Un nouvel accès à Placey balisĂ© rĂ©cemment fait apparaitre le panorama sur les environs et le village blotti dans son vallon qui nous accueille pour l’arrêt pique-nique autour de la mairie.

Après quelques petits dĂ©nivelĂ©s et la traversĂ©e du village de Franey nous arrivons à Cordiron caractĂ©risĂ© par son chĂąteau bien restaurĂ© par un passionnĂ© et son beau lavoir. Nous dĂ©couvrons ensuite le nouvel itinĂ©raire qui passe par de beaux chemins agrĂ©mentĂ©s d’étangs et de bosquets jusqu’à Ruffey-le-ChĂąteau. Le but final apparait au loin et nous rejoignons Marnay après la traversĂ©e de la rivière l’Ognon.

L’arrivĂ©e à Marnay a permis pour certains de dĂ©couvrir la fresque de Manola après sa restauration et son dĂ©placement au centre de la citĂ©. À noter Ă©galement sur la  place de l’église les deux QR Codes concernant la fresque de Marnay mais Ă©galement celui des "2000 km de Marnay à Saint Jacques de Compostelle".

Belle assistance (33 marcheurs avaient rĂ©pondu à l’appel du chemin), belle ambiance dans la convivialitĂ© et l’amitiĂ©, temps superbe, dĂ©couverte d’un beau chemin aux portes de Besançon, tous points qui ont contribuĂ© à faire de cette journĂ©e une belle rĂ©ussite à la satisfaction de tous les participants.

Jacques Sutter
Photos : Éric Pape, Nicole et Daniel Blivet
☛ Vous pouvez voir d'autres photos dans "Galerie photos"                                                                                                            

 

Randonnée des trois forts de Besançon - octobre 2015

C'est par une belle journée d'automne qu'une dizaine de personnes de l'Af-ccc entament une randonnée à l'assaut des forts de Besançon. AprÚs une mise en jambe sur la plaine du complexe sportif de la Malcombe, lieu de notre départ.

■ Le fort de Planoise
Notre petite troupe attaque une trĂšs longue montĂ©e jusqu'au fort de Planoise. BĂąti en 1877, celui ci fut le premier rempart dĂ©fensif de la ville de Besançon. 
Sur les hauteurs du fort nous profitons de deux points de vue exceptionnels. Le premier, Ă  l’ouest sur les monts Jurassiens et la VallĂ©e du Doubs qui serpente et le second Ă  l'est sur Besançon et ses collines environnantes qui surplombe la capitale bisontine. Pour le premier point de vue nous faisons une petite halte sur l'aire des parapentes. Puis c’est la descente en direction des rives du Doubs. Nous nous arrĂȘtons Aux Équegney, devant les premiĂšres cabordes (cabanes vigneronnes toutes en pierres sĂšches). Une visite avec moultes explications s'impose. Ă€ Besançon, jusqu’à la fin du XIXe siĂšcle, les coteaux des collines exposĂ©s au sud Ă©taient tous consacrĂ©s Ă  la culture de la vigne. Puis arrivĂ© sur les rives du Doubs, nous empruntons la voie verte et nous nous offrons une petite escale Ă  une aire de jeux ! Nous testons les appareils de sports dans une ambiance joyeuse et bon enfant ! Le retour Ă  la marche se fera tranquillement sur deux ou trois kilomĂštres avant d'amorcer la montĂ©e trĂšs raide vers le fort de Chaudanne, situĂ© sur les hauteurs du quartier de Velotte.

■ Le fort de Chaudanne
AprĂšs cette rude montĂ©e Ă  travers bois et pelouse calcaire nous arrivons enfin vers le fort de Chaudanne. Des tables et des bancs nous attendent pour une pause pique-nique bien mĂ©ritĂ©e et conviviale. Cerise sur le gĂąteau, Jeanne Sanchez, nous attendait avec de bonnes bouteilles ! DĂ©sormais, tous, bien requinquĂ©, un dernier coup d'Ɠil au belvĂ©dĂšre d’à cĂŽtĂ©, qui nous offre une vue magnifique sur la boucle du Doubs surplombĂ© par la citadelle, et nous voilĂ  repartis en direction du fort de Rosemont.


Le fort du Rosemont
Celui-ci plus petit que les deux autres, nous offre nĂ©anmoins un joli point de vue sur Planoise, le quartier de Saint-Ferjeux et tous les villages environnant le nord-ouest de l’agglomĂ©ration bisontine. 
Avant de redescendre vers la Malcombe, nous visiterons une autre caborde entiĂšrement rĂ©novĂ©e et comme accrochĂ©e au flan de la montagne. Puis, la descente se fera Ă  travers bois, combes et vergers. Nous ferons mĂȘme une petite pause photo dans un prĂ© avec nos amis Ăąnes et chevaux !

Arrivés au parking, un petit jus de pommes mirabelles bien réconfortant est offert à tous les randonneurs. Chacun repartira fatigué mais heureux, les yeux rempli des beaux paysages rencontrés.

Marie-DolorĂšs Pape
Photos : Éric Pape


 

Dans le secteur de Dampierre (39) - Septembre 2015

C’est par une fraĂźche matinĂ©e, ce dimanche 20 septembre, que nous (Isabelle et Serge) avons accueilli dans le nord–jura une dizaine de marcheurs.

Si, lorsque l’on parle du Jura, on s’imagine de suite les montagnes et ses grands sapins, la vallĂ©e n’en n’est pas moins jolie. Nous avons empruntĂ© des chemins forestiers au bord desquels nous avons pu admirer des chĂȘnes sessile, si majestueux, ĂągĂ©s de plus d’une centaine d’annĂ©es ou bien encore les cabanes du Bois Clair perchĂ©es dans les arbres.

Nous avons pique-niquĂ© sur les berges de l’étang du Patouillet oĂč jadis on nettoyait les minerais de fer destinĂ©s aux forges de Fraisans. Maintenant ce lieu est un havre de paix pour les pĂȘcheurs.

C’est en flĂąnant sur le chemin de halage longeant le canal du RhĂŽne au Rhin et cĂŽtoyant la riviĂšre du Doubs que nous avons terminĂ© cette randonnĂ©e sous un splendide soleil, celui-ci faisant miroiter des milliers de reflets dans l’eau.

Ayant rejoint notre point de dĂ©part, nous nous sommes quittĂ©s enchantĂ©s de cette charmante balade qui finalement s’est dĂ©roulĂ©e sous une mĂ©tĂ©o propice Ă  la marche et dans la joie et la convivialitĂ©.

Isabelle Prost
Photos : Nicole Blivet

 

Dans le secteur de Sancey-le-Long (25) - août 2015
Malgré la période de vacances, nous avons passé une journée formidable. 24 personnes étaient présentes, y compris des membres de notre chÚre association suisse de l'Amicale Jurassienne du Chemin de Saint-Jacques, dont Pierre-Alain, le président.
Le parcours fut quelque peu modifiĂ© Ă  cause du brouillard prĂ©sent sur une bonne partie de la journĂ©e. Nous avons commencĂ© par une balade dans le  Village des Nains puis visite de la grotte de la Baume. Nous remercions mes chers cousin et cousine, Chantal et Roger Demoly qui nous a fait un bel historique.

Nous sommes ensuite montĂ©s en direction de Belvoir pour prendre le repas Ă  l'abri dans un beau chalet de chasseurs ou nous attendaient Daniel Putaud et Claudine SociĂ© avec les boissons et gĂąteaux de fĂȘte. Ce fut un super moment tous ensemble, chacun racontant une petite anecdote, sans oublier notre prĂ©sidente Nicole et son cher mari Daniel.
Ensuite retour par la chapelle Sainte Anne avec un beau panorama sur le plateau de Sancey puisque la pluie avait cessé. Descente sur le village de Belvoir avec la visite du village et sa magnifique halle.

Nous avons rejoint Sancey-le-Long oĂč nos voitures nous attendaient prĂšs de la basilique Sainte Jeanne Antide, que nous avons visitĂ©e avec intĂ©rĂȘt.  Il Ă©tait temps de se quitter mais avec le but de se revoir trĂšs bientĂŽt.

Christine Gallezot
Photos : Nicole Blivet

 

Dans le secteur des Auxons (25) - Juillet 2015

Ce matin 19 juillet, je suis  arrivĂ© le premier et ai attendu les randonneurs. Certains  ont eu un peu de mal Ă  trouver l’endroit du rendez-vous, de ma faute, ayant mal indiquĂ© le lieu. Nous ne sommes que neuf au dĂ©part, le temps est clĂ©ment, il ne fait pas trop chaud. Nous quittons Les Auxons par le chemin du Tacot,  nous traversons Miserey, Ecole oĂč nous passons vers la source-lavoir du ruisseau, le parc de l’ancien pensionnat Ă©cole et la mission. Que de souvenirs  des annĂ©es passĂ©es au pensionnat ! Ensuite nous nous dirigeons vers Pirey oĂč nous passons vers une caborde trĂšs bien entretenue.  Nous arrivons sur la colline de Pouilley-les-Vignes oĂč subsistent d’anciennes batteries militaires construites vers les annĂ©es 1870. Nous cassons la croĂ»te Ă  cotĂ© de la table d’orientation. Nous repartons Ă  travers bois oĂč nous apprĂ©cions la fraicheur car le soleil s’était remis Ă  chauffer dur. Nous  ferons les deux derniers kilomĂštres Ă  dĂ©couvert pour arriver Ă  16 heures Ă  notre point de dĂ©part.  La journĂ©e s’est passĂ©e dans la bonne humeur.

Daniel Dussert
Photos : Nicole Blivet

 

De Kruth au Markstein (68) - 20 et 21 juin 2015

Ce devait ĂȘtre le solstice de l’étĂ© 2015, cela s’est transformĂ© en solstice de l’amitiĂ©.

Samedi matin, depuis le village de Kruth (498 m) la petite troupe s’en est allĂ©e vers les hauts sommets des Vosges sous un soleil radieux (mĂȘme si des parapluies pendaient sur certains sacs). PrĂšs de la scierie, perchĂ© sur la montagne, un majestueux bucher de la Saint Jean nous narguait, puis un  sentier escarpĂ© entre les maisons fleuries mettait rapidement les pĂšlerins en tempĂ©rature. Vers Sauwas les belles Vosgiennes (vaches) ruminaient en nous regardant passer. Le panorama sur le village et les crĂȘtes  Ă©tait splendide et l’ambiance radieuse, un chemin large nous menait en direction de la ferme-auberge du Schaffert. Les bucherons ayant travaillĂ©, il nous fallut enjamber les troncs couchĂ©s. A la sortie de la forĂȘt le ciel s’était quelques peu grisĂ© lassant tomber les premiĂšres gouttes qui se multipliĂšrent rapidement au point de «s’empĂšleriner». Plus loin, Ă  l’abri de grands arbres le repas tirĂ© du sac fut avalĂ© presque au sec. Entre temps le robinet du ciel se ferma, mais laissa du brouillard sur les crĂȘtes que nous atteignirent aprĂšs une derniĂšre montĂ© (1198 m).  Sur un chemin sans horizon nous continuons en passant par le col du Hannenbrunnen, plus loin en traversant la route du Breitfirst (1298 m) un champ d’arnica s’offrit Ă  nous. A cet instant le ciel devĂźnt plus clĂ©ment, ainsi les chaumes du Markstein firent leur apparition. ArrivĂ©s Ă  la ferme-auberge du TtrĂ©h, Nicole, Claudine et Daniel nous rejoignirent. Les traces de fraĂźcheur furent vite dissipĂ©es par le vin chaud que le patron nous servit. Encore un petit effort et nous voila devant le refuge de l’AAVM, lieu de notre hĂ©bergement. AprĂšs notre installation nous repartĂźmes vers la ferme auberge oĂč le repas « marcaire Â» fut servit avec les explications de Jean-Paul Deybach, patron du lieu.

 

Dans la nuit le temps changea : brouillard et grosse pluie inondĂšrent  l’atmosphĂšre. AprĂšs un petit dĂ©jeuner copieux il fut dĂ©cidĂ© de ne pas monter au Markstein (20 m de visibilitĂ©) mais de repasser Ă  la ferme-auberge pour acheter des produits fermiers. Au dĂ©part il n’y avait plus de pĂšlerins mais que pĂšlerines fortement humides. En sortant de la forĂȘt et arrivant au village le ciel devint plus clĂ©ment et c’est sous un prĂ©au du village d’Oderen que le casse-croute allĂ©gea les sacs. Nous continuĂąmes en direction du Drumont, d’abord en traversant la voie ferrĂ©e (toujours active) puis une montĂ©e assez raide nous fit grimper afin de profiter du panorama sur la vallĂ©e. AprĂšs quelques hĂ©sitations sur la lecture de carte, le sentier nous menant Ă  la chapelle Sainte Catherine fut trouvĂ©. Nicole, Claudine et Daniel nous y attendaient et il ne restait plus qu’a se glisser jusqu’au village de Kruth oĂč les adieux se firent chaleureux. La montagne provoque des grimaces, des sourires, l’important pour le pĂšlerin c’est d’avoir la relation amicale et peu importe ce qui tombe du ciel.

Jacques Dato
Photos : Jacques Dato, Eric Pape et Nicole Blivet
☛ Vous pouvez voir d'autres photos dans "Galerie photos"   

 

Au Pays des 7 RiviĂšres (70) - Mai 2015

Ce matin du 17 mai, le petit groupe de neuf marcheurs s'est engagĂ© sur le sentier pĂ©dagogique  "d'un rail Ă  l'autre" au Pays des 7 RiviĂšres. GuidĂ© par les "rails bleus" et documentĂ© par les tables de lecture jalonnant le parcours de 18 km, chacun a pu dĂ©couvrir la diversitĂ© du paysage, du patrimoine ferroviaire (ligne LGV, le tacot d'autrefois), du patrimoine bĂąti (lavoirs, maisons anciennes), du patrimoine naturel (sentier karstique) rencontrĂ©s. Peu aprĂšs le dĂ©part, sur une colline bordĂ©e de vergers, une halte s'impose devant une table d'orientation qui offre un large point de vue sur les environs de Rioz et au-delĂ . Au terme d'une premiĂšre boucle Ă  travers vergers, pĂąturages, villages pittoresques, sans oublier les passages sous et sur voies ferrĂ©es et routes, la pause mĂ©ridienne est bienvenue  dans un petit parc ombragĂ© dans le bourg de Rioz. Le guide du jour n'est pas mĂ©nagĂ©... Le sentier de l'aprĂšs-midi nous conduira Ă  travers bois vers la source de l'Ermite et un dĂ©dale de curiositĂ©s karstiques bien amĂ©nagĂ©. La boucle est bouclĂ©e aux environs de 16h00 aprĂšs une marche sans difficultĂ© particuliĂšre : "un godillot" selon la proposition d'Eric Pape.

Une mĂ©tĂ©o confortable ajoutĂ©e Ă  l'ambiance trĂšs joviale du groupe a contribuĂ© Ă  l’agrĂ©ment de cette balade bien apprĂ©ciĂ©e de tous les participants.

Marie-Laure Gelinotte
Photos : Éric Pape

 

Autour de Besançon (25) - Avril 2015

Philippe Roy, l’organisateur de la randonnĂ©e du dimanche 19 avril, avait prĂ©parĂ© une magnifique boucle dans les environs de Besançon. Il suffit en effet de quelques pas pour s’éloigner de la ville  et trouver pistes forestiĂšres ou chemins caillouteux. Au grĂ© d’un parcours en forme de montagnes russes, 18 marcheurs ont admirĂ© les cerisiers en fleurs et  le chĂąteau de Montfaucon, arpentĂ© Le Grand DĂ©sert, longĂ© les bords du Doubs, contemplĂ© la citadelle vue de dos 


Le groupe a aussi fait quelque peu « souffrir Â» le guide du jour : quelques retardataires au dĂ©part le matin, un  malaise aprĂšs pique-nique pour l’une, puis une chute pour une autre, puis une lĂ©gĂšre indiscipline de la part de quelques participants
. Etait-ce le soleil et une chaleur inaccoutumĂ©e en cette saison qui tournait un peu les tĂȘtes ? Tout s’est heureusement bien terminĂ© : le malaise fut bĂ©nin. L’éosine coula Ă  flot sur le coude Ă©corchĂ©. Retrouvant leurs vĂ©hicules vers la Chapelle des Buis, un peu fatiguĂ©s mais ravis, les marcheurs ont remerciĂ© Philippe pour les explications gĂ©ographiques et historiques qu’il a apportĂ©es au long de cette belle balade d’environ 22 km et pour l’organisation sans faille de la journĂ©e.

Nicole Blivet
Photos : Éric Pape et Nicole Blivet

 

Autour de Villafans (70) - mars 2015
Jolie balade sous un soleil printanier avec Danielle Brun-Vaunier comme guide. 
 

Autour de Bucey-les-Gy (70) - FĂ©vrier 2015

L’accueil a Ă©tĂ© chaleureux au dĂ©part de la randonnĂ©e du 15 fĂ©vrier : les 18 marcheurs du jour ont apprĂ©ciĂ© les boissons chaudes prĂ©parĂ©es par Emile Ney, maire de Bucey-les-Gy et tout nouveau membre du conseil d’administration de notre association, qui avait aussi amenĂ© les dĂ©licieuses gaufres de Catherine. AprĂšs la sĂ©vĂšre cĂŽte en forĂȘt montant vers Saint-Maurice, la balade concoctĂ©e avec soin par Danielle Voilly a fait apprĂ©cier le paysage insolite des pelouses sĂšches. Les orchidĂ©es, bien entendu, n’étaient pas encore visibles, mais les larges panoramas sous un soleil bienvenu ont enchantĂ© les participants. Dans l’abri aimablement prĂȘtĂ© par une habitante, le pique-nique, entre plaisanteries, gĂąteaux et  boissons rendant gai, a ravigotĂ© les marcheurs. Ceux-ci ont retrouvĂ© un moment le chemin de Compostelle vers la ferme des Combes, avant de dĂ©couvrir une table d’orientation originale, la grotte du Captiot ou l’étrange ustensile servant autrefois Ă  lier les bottes de foin. AprĂšs le rinçage des chaussures boueuses dans la « Morthe Â», les marcheurs ont inaugurĂ© une tradition crĂ©Ă©e le jour mĂȘme par GĂ©rard : jeter une piĂ©cette dans le bassin du rare lavoir sis sous la mairie et faire un vƓu. Personne ne sait encore si les vƓux seront exaucĂ©s, mais ce qui est absolument sĂ»r, c’est que la journĂ©e fut bien agrĂ©able.

Nicole Blivet

Photos : Nicole Blivet

 

Autour de HĂ©ricourt (70) – Janvier 2015
Jolie balade de 13 km, que celle concoctĂ©e par Daniel Blivet pour le premier rendez-vous de l’annĂ©e, dimanche 18 janvier. Les douze marcheurs du jour ont pris le chemin de Compostelle qui sort de HĂ©ricourt par l’ancienne "route du tram" avant de bifurquer vers le circuit de la "Pierre Plate". Du haut de ce promontoire, Ă  499 m, la vue sur le Ballon d’Alsace enneigĂ©, au loin, Ă©tait un enchantement. La suite du parcours fut variĂ©e  avec de belles forĂȘts, la fontaine-lavoir Mozer et le majestueux tilleul de Verlans. À 13h00, retour au local de la rando pour avaler au chaud les sandwiches. Les gĂąteaux amenĂ©s par les adhĂ©rents, le cafĂ© et les rires partagĂ©s ont prolongĂ© le pique-nique. La majoritĂ© des participants a ensuite prĂ©fĂ©rĂ© rester au club pour visionner un diaporama sur le chemin de Compostelle. De l’avis gĂ©nĂ©ral, ce dĂ©marrage de l’annĂ©e en douceur a Ă©tĂ© bien agrĂ©able.

Daniel Blivet
Photos : Nicole Blivet
 

Rando de NoĂ«l Ă  MontbĂ©liard (25) – DĂ©cembre 2014
Nous terminons l'année en beauté, avec la randonnée des LumiÚres à Montbéliard en ce samedi 20 décembre. Nos amis de la Francigena sont venus aussi trÚs nombreux comme chaque année, et c'est sous un temps clément, que nous prenons le départ depuis la RoseliÚre pour une petite boucle de 10 km autour de la ville. Retour par le marché de Noël et la féerie des lumiÚres. AprÚs avoir partagé un plateau repas en commun, chacun reprend le chemin du retour. Merci à la trentaine de participants, et à l'année prochaine.

Daniel Putaud
Photos : Daniel Putaud et Nicole Blivet
 

Autour de Tallenay (25) - novembre 2014
Cette journĂ©e du 16 novembre fut une fois de plus un succĂšs avec un temps clĂ©ment malgrĂ© la pluie annoncĂ©e ; c'est Ă  croire que Saint Jacques est toujours avec nous. C'est avec une bonne ambiance qu'AndrĂ© Better nous a conduit tout d'abord vers les "les Fonds de Chailluz" sur un chemin entre forĂȘt et prairie. Un ancien mur de pierre marque la limite historique du massif de Chailluz. 
Retour par le sentier Saint Nicolas.
Ensuite direction la Dame Blanche pour arriver au vieux tilleul en suivant la crĂȘte avec de magnifiques points de vue. Retour par les "Petites baraques" pour dĂ©guster notre casse-croĂ»te oĂč, surprise !, nous attendait Patrick Camus avec un assortiment de bouteilles et de petits gĂąteaux (que de gentillesse). Retour par le parc animalier avec de beaux cerfs et belles biches (les plus beaux, c'Ă©tait quand mĂȘme bien nous)...
Puis descente vers Tallenay sur un magnifique chemin avec encore des couleurs chatoyantes et un beau panorama sur Besançon.
A l'arrivĂ©e, aprĂšs ces 19 km,  un bon cafĂ© nous attendait chez AndrĂ©. Nous nous quittons plein d'enthousiasme avant la prochaine rando : Les LumiĂšres de NoĂ«l en dĂ©cembre.

Christine Gallezot
 

Autour d’Onans (25) – Octobre 2014
Jolie journĂ©e que celle concoctĂ©e par Michel Blind, Brigitte et Christine. La fraĂźcheur matinale s’est vite muĂ©e en une chaleur inhabituelle pour un 19 octobre. AprĂšs une douce grimpette en forĂȘt, les paysages encore verdoyants se sont dĂ©voilĂ©s au-dessus de mers de brouillard. Une petite halte Ă  GĂ©monval a permis aux participants de faire connaissance avec l’ancien tracĂ© du chemin de Compostelle, toujours balisĂ© (le nouveau tracĂ© passe par Saulnot et Malval). D’excellentes bouteilles de vin rafraĂźchies attendaient les amateurs dans l’eau du lavoir Ă  Marvelise. Mis en joie par ces breuvages, mais Ă©galement par les noix trouvĂ©es au sol, la troupe est repartie pleine d’enthousiasme pour la suite de cette boucle plaisante d’environ 17 km entre Doubs et Haute-SaĂŽne.

Nicole Blivet
Photos : Nicole Blivet
 

Vers Beure (25)

Le rendez-vous Ă©tait  pour neuf heures, ce dimanche 21 septembre.  Tous les marcheurs Ă©taient dĂ©jĂ  prĂȘts dans ces derniers jours d’étĂ© mourant.  Le ciel nuageux  prĂ©sageait une journĂ©e pluvieuse.

AprĂšs les salutations d’usage et la traditionnelle photo, tout ce petit monde se met en route  pour un circuit de 17 km, « La balade au bout du monde».  Dans le vieux village de Beure nous croisons les musiciens de la fanfare du village partant cĂ©lĂ©brer le 70Ăšme anniversaire de la libĂ©ration retrouvĂ©e ! L’ambiance est dĂ©contractĂ©e, le soleil joue Ă  cache-cache avec les nuages. Premier arrĂȘt, la cascade, elle souffre  de la chaleur de ces derniers jours de soleil.   

Ce sont les premiers jours de chasse, quelques dĂ©tonations rĂ©sonnent dans la fraĂźcheur du matin, nos joyeux compagnons de marche rient  de bon cƓur ; aprĂšs une petite heure de marche traĂźnante, nous arrivons au petit village de  Fontain, Saint-Pierre nous salue. De temps Ă  autre, nous nous arrĂȘtons pour admirer de merveilleux points de vue, en contre- bas un chamois apeurĂ© s’enfuit, en prenant le temps de jeter un coup d'Ɠil Ă  ce panorama somptueux.  A l’horizon se dĂ©coupe le rocher d'Arguel, oĂč Ă©tait perchĂ© autrefois un chĂąteau fĂ©odal (aujourd'hui ruinĂ©) du comte d’Arguel, (le nom de la famille d'Arguel  apparaĂźt au XIe siĂšcle en la personne de Guy d’Arguel (1040-1097). Les seigneurs d’Arguel ont leur sĂ©pulture en la cathĂ©drale Saint-Etienne de Besançon). En route vers le plateau d’Arguel,  nous descendons un champ en passant Ă  droite du chĂąteau d'eau, les plaisanteries fusent, nous devons absolument respecter le programme, l’apĂ©ritif nous attend Ă  12h30,  nous dĂ©couvrons le vieux lavoir d'Arguel,  montons une voie sans issue puis l’église. Nous empruntons un petit sentier Ă©troit qui grimpe vers la ligne de crĂȘte et sillonne entre de belles roches, nous avons droit Ă   un belvĂ©dĂšre sur la vallĂ©e de Besançon,  ce sentier nous emmĂšne Ă  une clairiĂšre qui offre de belles vues sur le fort de Planoise, le Rosemont et le village d’Avanne. Nous entrons dans un bois qui nous conduit au hameau "la MaltournĂ©e", commune de Larnod. Nous nous dirigeons sur le sentier empierrĂ© qui  dĂ©bouche au rocher de Valmy,  (hommage Ă  la stĂšle commĂ©morative, Ă©rigĂ©e en l’honneur des 16 membres des groupes de rĂ©sistance Guy Mocquet et Marius Vallet fusillĂ©s Ă  la Citadelle).  

Vers 14h00 le ciel s’assombrit, les Ă©lĂ©ments se dĂ©chaĂźnent, le repas tirĂ© du sac s’achĂšve dans la prĂ©cipitation. Nous admirons l’un des plus beaux points de vue des environs de Besançon. Nous poursuivons ensuite notre route vers un vallon. Enfin le fort de Pugey ouvert Ă  l’occasion des journĂ©es du patrimoine, visite trĂšs intĂ©ressante et instructive, agrĂ©mentĂ©e des explications d’un conseiller de Mairie. À 17h00, nous redescendons en prenant un sentier qui s'enfonce dans le bois ; nous rejoignons la D308 pour nous engager dans une voie sans issue, "le Chemin du SinaĂŻ", que nous suivons et qui nous fera descendre des escaliers,  pour nous retrouver  rue du Repos jusqu'au parking du cimetiĂšre de Beure, dĂ©part de notre randonnĂ©e du jour.

C’est avec Ă©motion que j’adresse un grand merci Ă  tous les participants pour leur prĂ©sence, leur bonne humeur, pour avoir partagĂ© ce dĂ©licieux moment avec moi. Au total 17 km parcourus dans la joie et la bonne humeur... et une trĂšs belle journĂ©e de dĂ©couverte du patrimoine.

Jeanne Sanchez

 

Autour de Sancey-le-Grand (25) - Août 2014

Avec un mois de juillet et dĂ©but aoĂ»t pluvieux, que de bonheur pour cette belle journĂ©e ensoleillĂ©e dans le vallon de Sancey. Y aurait-il une influence de Sainte Jeanne Antide Thouret nĂ©e Ă  Sancey-le-Long en 1765 ? La journĂ©e a dĂ©butĂ© par une bonne montĂ©e pour atteindre le point de vue du Dard d’oĂč l'on dĂ©couvre le vallon de Sancey et le village de Belvoir dominĂ© par son chĂąteau. Ensuite direction Surmont oĂč l'on a pu dĂ©couvrir, loin de toute habitation, la jolie fontaine de Grisfontaine qui date de 1881, puis descente sur Sancey-le-Long avec visite du Village des Nains avant de dĂ©guster notre cher casse-croĂ»te chez le cousin Roger, qui nous a prĂ©parĂ© gentiment un apĂ©ritif dans la joie et la bonne humeur. Ensuite direction Belvoir, avec la visite des halles du 12e siĂšcle, de l'Ă©glise, du chĂąteau des 12e  et 15e siĂšcles oĂč Roger a su nous donner quelques indications sur la vie de Belvoir. Puis passage vers l'oratoire du Bon Dieu de PitiĂ© ; descente par la "Vie aux Morts" et retour prĂšs de nos voitures transfĂ©rĂ©es par de petites mains habiles. Quelle organisation !
À l'annĂ©e prochaine, mĂȘme date, mĂȘme rĂ©gion.

Christine Gallezot

 

La Vy aux Moines - Juillet 2014
Philippe nous avait concocté une randonnée franco-suisse de deux jours. Départ le 19 juillet de l'abbaye de Montbenoßt (France), arrivée le lendemain 20 juillet au prieuré de MÎtiers (Suisse). Soit environ une cinquantaine de kilomÚtres. 19 adhérents se sont inscrits pour ce week-end de marche. Une ambiance joyeuse et bruyante ainsi qu'un accueil des plus chaleureux chez nos amis suisses (restaurant l'Isba à La Brévine) laisseront, a n'en pas douter, de trÚs bons souvenirs à tous !
Pour avoir plus de dĂ©tails sur ce week-end qui a enchantĂ© nombre de participants, il faut consulter les pages "Échos des sorties" et "Galeries photos".

Éric Pape
Photos : Éric Pape

Le chemin de Compostelle en Bourgogne - Juin 2014

Que retenir de ces sept jours d’itinĂ©rance qui ont conduit 11 adhĂ©rents de l’Af-ccc, de Saint-Jean-de-Losne Ă  Cluny, Ă  la dĂ©couverte de d’une rĂ©gion aussi riche culturellement que spirituellement ?  L’excellente ambiance du groupe ? Les chaleureux accueils reçus Ă  toutes les Ă©tapes ? Le soleil toujours prĂ©sent ? Pour avoir plus de dĂ©tails sur cette semaine qui a enchantĂ© ses participants, il faut consulter les pages "Ă©chos des sorties" et "galeries photos".

Nicole Blivet


Autour de Vy-les-Rupt (70) - Mai 2014
Marie-Laure nous avait donnĂ© rendez-vous ce dimanche 17 mai Ă  Vy les Rupt, son village natal,  pour notre traditionnelle randonnĂ©e mensuelle. DĂ©part Ă  9h00 pĂ©tante, en direction de la forĂȘt de Confracourt, sous un doux soleil et une lĂ©gĂšre brise. Premier arrĂȘt devant un monument FFI avec moult explications de la part de notre guide sur ce fait d'armes de la derniĂšre guerre. 
Une dĂ©licieuse surprise nous attendait au bord de l'Ă©tang de Confracourt, pour la pause dĂ©jeuner : un copieux apĂ©ritif prĂ©parĂ© et amenĂ© par Jacky, l’époux de Dominique. Superbe ambiance au bord de l'eau pour le repas tirĂ© de sac, puis en route pour une rapide visite du chĂąteau de Rupt sur SaĂŽne, avec sa tour du XIIIe, sa ferme style Italien et mĂȘme une serre-orangerie, le tout dans un vaste parc. C'est Ă  travers champs que nous rejoignons notre point de dĂ©part. Distance parcourue 23 km, dĂ©nivelĂ© 400 m.

Un grand merci Ă  Marie-Laure, Dominique et Jacky, pour le vin qui a coulĂ© Ă  flot, les dĂ©licieux gĂąteaux, et pour la parfaite organisation de cette randonnĂ©e. À renouveler...

Daniel Putaud

 

Au fort de la Dame Blanche (25) - Avril 2014
Superbe randonnée savamment préparée par l'ami Daniel Dussert. Il faut dire que nous étions sur ses terres au départ de Chùtillon-le Duc.
En avant sur un large sentier longeant la falaise, avec une vue splendide sur la vallĂ©e de l'Ognon, recueillement Ă  la Vierge de ChĂątillon Ă©rigĂ©e en 1872 (elle aurait sauvĂ© Besançon des Prussiens,en 1870). Puis douce montĂ©e au fort de la Dame Blanche, altitude 607 m, pause casse-croĂ»te Ă  l'entrĂ©e sous un soleil gĂ©nĂ©reux . 
Retour bien Ă  l'abri du soleil en sous bois toujours sur un large chemin. 
Merci Daniel pour cette magnifique boucle de 20 km, nous comptons sur toi pour l'année prochaine bien sûr.
Daniel
 
Autour de Foucherans (25) - Mars 2014
Dimanche  16 mars, la boucle concoctĂ©e par Philippe Roy a conduit les marcheurs sur 18 km environ dans le secteur de Foucherans dans le Doubs. Parcours variĂ©, entre bois encore sombres, vert tendre des prĂ©s renaissants, spectaculaires points de vue, et avancĂ©e rectiligne le long d’une ancienne voie de chemin de fer liant l’HĂŽpital-du-Grosbois Ă  Lods, aujourd’hui chemin de randonnĂ©e apaisant. La culture ne fut pas absente : Philippe expliqua le passĂ© de Saint-Maximin, Ă©vĂȘque qui aurait Ă©tĂ© liĂ© Ă  l’évĂȘchĂ© de Besançon et qui fit l’objet d’un culte dans une chapelle Ă©rigĂ©e au XIXĂšme siĂšcle, rĂ©habilitĂ©e en 1995. Il n’y eut pas de question sur le tronçon balisĂ© en rouge et blanc du GR 595, mais le groupe s’est interrogĂ© sur la signification des sigles VF, de balises ou flĂšches jaunes et blanches : la balade a en effet empruntĂ© une bribe de la Voie Francigena, voie historique qu’emprunta SigĂ©ric, Ă©vĂȘque de Cantorbery, qui relia l’Angleterre Ă  Rome en 990.  Les marcheurs ont Ă©galement apprĂ©ciĂ© le pique-nique, tranquillement assis sous un soleil printanier, avec conversations amicales et Ă©changes de savoureux desserts (Ah ! la brioche de Marie !). 
Nicole
 

Vers Étrepigney (39) - mai 2016

« Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas Â» ; heureusement ! car si la veille de la randonnĂ©e la mĂ©tĂ©o Ă©tait exĂ©crable, c’est sous un soleil radieux qu’une douzaine de personnes s’est retrouvĂ©e Ă  Étrepigney, point de dĂ©part de la randonnĂ©e du dimanche 15 mai. 

Au programme de cette journĂ©e, marche au sein de la forĂȘt de Chaux en empruntant le sentier du GuĂȘpier* sur les traces des anciens habitants de ce lieu et visite du musĂ©e d’Étrepigney amĂ©nagĂ© dans l’ancien lavoir.

En traversant le village, nous avons pu admirer de jolies demeures en pierre de taille. Et surprise ! Marcel Combet, responsable du musĂ©e, nous attendait sur le seuil de sa maison. Il a gentiment distribuĂ© Ă  chacun un livret regroupant des informations sur les diffĂ©rentes curiositĂ©s que nous allions dĂ©couvrir sur notre chemin, entre autres le baccu (habitat temporaire des bĂ»cherons-charbonniers fait de bois et de mousse ou d’argile), le four Ă  pain
 (plus de dĂ©tail sur le site : www.etrepigney.fr - tourisme). Cependant, en tant qu’adhĂ©rents de l’Af-ccc, un ouvrage nous a particuliĂšrement interpellĂ© : l’oratoire dĂ©diĂ© Ă  saint Thibauld, personnage qui vers l’an 1050, en marche sur les chemins de saint Jacques de Compostelle, prĂȘchait et instruisait les charbonniers demi-sauvages dans la forĂȘt de Chaux non loin de Dole. C’est ainsi que naquit la confrĂ©rie des Bons Cousins Charbonniers.

Cette balade s’est dĂ©roulĂ©e dans la bonne humeur et la gaietĂ© ! Si en septembre le brame du cerf retentit au fond des bois, ce jour-lĂ  s’élevaient les rires de joyeux drilles.

Cette journĂ©e s’est terminĂ©e par la visite du musĂ©e consacrĂ© Ă  la poterie et rendant hommage aux nombreux anciens potiers du village. Marcel Combet, passionnĂ© par l’histoire de Joseph Martin, cĂ©ramiste, a su captiver notre attention par ses rĂ©cits.

Tous les prĂ©sents ont vivement remerciĂ© Serge et l'auteur de ces lignes pour l'organisation de cette sortie. 

Isabelle Prost

(*) Dans le langage des Bons Cousins Charbonniers, ce terme dĂ©signait la personne Ă©trangĂšre Ă  la confrĂ©rie et qui n’en connaissait ni les rites ni les secrets.


Le circuit des Radeliers (39) - FĂ©vrier 2014
AprĂšs le dĂ©luge de la veille les sentiers Ă©taient bien dĂ©trempĂ©s, dans la forĂȘt de Chaux !  Le circuit, soigneusement Ă©tudiĂ© au prĂ©alable par Danielle Voilly, fut donc un peu modifiĂ© pour cause de chemin inondĂ©. Aucun des 18 participants ne s’en est plaint. Sur 18,2 km  - les marcheurs de l’Af-ccc aiment de plus en plus mesurer leurs "exploits" Ă  grands renforts d’enregistrement sur leurs smartphones ! -  les randonneurs  ont dĂ©couvert avec plaisir le village de Montbarrey, puis arpentĂ© l'humide et  plate forĂȘt avant de poser le sac du pique-nique, bien Ă  l’abri dans la "Baraque 14".  Ils se sont intĂ©ressĂ©s Ă  la Vieille-Loye, cet ancien village de bĂ»cherons-charbonniers reconstituĂ© et, tout au long du parcours, aux plaquettes  du "circuit des radeliers" rappelant l’épopĂ©e du flottage de bois sur la Loue. Cette journĂ©e sans pluie mais Ă  l’atmosphĂšre aquatique fut donc une rĂ©ussite. Il ne reste plus qu’à espĂ©rer que les papiers insĂ©rĂ©s par quelques participants dans les crevasses de l’écorce du grand "chĂȘne Ă  vƓux" soient exaucĂ©s.
Nicole 

 

Les Fontenelles (25) - Janvier 2014
Pas de neige. Donc pas de raquettes. Mais une magnifique balade sous un soleil presque printanier trĂšs apprĂ©ciĂ© de la douzaine de participants. GuidĂ©s par Daniel Putaud et Christine Gallezot,  les marcheurs ont arpentĂ©, au long de 18 km, des sentiers mĂȘme pas boueux, admirĂ© les vastes espaces du Haut-Doubs, les fermes  aux chaleureuses boiseries, des clochers pointus typiques  et un surprenant abreuvoir-lavogne gallo-romain. Le jambon de pays et le comtĂ© venu tout droit de la fruitiĂšre, dĂ©gustĂ©s confortablement et dans une humeur joyeuse prĂšs d'un poĂȘle Ă  pellets, ont enchantĂ© les papilles et donnĂ© Ă  chacun envie de revenir dans cette belle rĂ©gion.
Nicole
 

Le Morvan : chemin pĂšlerin de VĂ©zelay Ă  Autun - septembre 201...
Une premiĂšre pour l'Af-ccc : l'organisation d'une semaine de randonnĂ©e itinĂ©rante. Il y a eu du soleil (un tout petit peu), de la pluie et de la bonne humeur (beaucoup). De la "colline Ă©ternelle" Ă  ChĂąteau-Chinon, fief de l'ancien prĂ©sident François Mitterrand, du musĂ©e de la civilisation celtique de Bibracte Ă  la cathĂ©drale d'Autun, les marcheurs ont  dĂ©couvert une rĂ©gion aux reliefs vallonnĂ©s dans une nature boisĂ©e et sauvage. Plus de dĂ©tails, plus de photos sont Ă  dĂ©couvrir dans les pages "Ă©chos des sorties" et "galeries photos".
Nicole
 


Actualité
Publié le 06.09.2019
Permanences mensuelles
Voici les dates et les lieux des permanences de notre...
Publié le 17.08.2019
Bellemagny - 15 août 2019
Pose de la plaque du Chemin de Compostelle au couvent de...
Publié le 13.07.2019
Nouvelle édition (juin 2019) du guide du chemin de Saint-Jacques de Compostelle en Franche-Comté et en Bourgogne
Nouvelle couverture, nouveau découpage d'étapes, nouvelle...
Publié le 18.03.2019
DEVIATION DU CHEMIN APRES HYET - ETAPE 6
Des travaux forestiers sur la commune d'Hyet sont en cours...
Partenaires
 
Studio AWProd.com